International

Le pasteur canadien emprisonné depuis plus de deux ans et demi en Corée du Nord et libéré mercredi, est arrivé samedi au Canada, a annoncé le ministère des Affaires étrangères.

"Nous nous joignons aujourd'hui à la famille et à la congrégation du pasteur Lim afin de souligner son retour tant attendu au Canada", ont annoncé les Affaire étrangères dans un communiqué.

Le pasteur Hyeon Soo Lim, 62 ans, avait été arrêté en janvier 2015 et accusé d'actes subversifs contre le régime nord-coréen, ce que les autorités canadiennes avaient vigoureusement démenti.

Alors qu'il purgeait une peine de travaux forcés à perpétuité, sa libération a été décidée par Pyongyang "pour raison médicale" au moment où Daniel Jean, conseiller sécurité du Premier ministre Justin Trudeau, était à la tête d'une délégation canadienne dans la capitale nord-coréenne.

Le ministère a souhaité "que la demande de respect de la vie privée de la famille de M. Lim soit respectée".

Selon les médias locaux, le pasteur Lim est arrivé samedi sur la base militaire de Trenton, à 170 km à l'est de Toronto (Ontario, centre).

Le gouvernement canadien avait souligné jeudi le rôle important joué par la diplomatie suédoise dans la libération du pasteur par le régime de Pyongyang.

Cette libération a été obtenue au moment où les tensions sont de plus en plus vives entre la Corée du Nord et les Etats-Unis, dont trois citoyens sont encore retenus prisonniers en Corée du Nord.

Pyongyang menace de lancer des missiles vers l'île de Guam, avant-poste stratégique des forces américaines dans le Pacifique, située à 3.300 kilomètres de distance de la Corée.

Le président Donald Trump a pour sa part promis "le feu et la colère" au régime du leader nord-coréen Kim Jong-Un.

Le pasteur Hyeon Soo Lim, de l'Eglise presbytérienne coréenne de la Lumière de Toronto, était considéré à son arrestation comme l'un des plus influents missionnaires chrétiens en Corée du Nord. Il avait auparavant fait de nombreux voyages dans ce pays fermé pour travailler dans des orphelinats et des hôpitaux.

Mais certains projets auxquels il participait, notamment une usine de pâtes alimentaires et des moulins, étaient liés à des associés de Jang Song-Thaek, un oncle de Kim Jong-Un arrêté et exécuté pour trahison en décembre 2013.