International

Alors que le lancement de l'Union pour la Méditerranée est prévu dimanche lors du sommet de Paris, "Médecins Sans Frontières" (MSF) demande à tous les pays participants d'améliorer de façon urgente les conditions d'accueil des migrants atteignant les côtes du sud de l'Europe.

Lors d'une conférence de presse vendredi à Bruxelles, le responsable de MSF a demandé aux pays européens d'assurer des examens médicaux et la mise à disposition d'une aide médicale d'urgence aux migrants arrivant chez eux.

D'après l'organisation humanitaire, la coopération entre les pays méditerranéens ne doit pas être limitée au simple contrôle des frontières, mais doit viser à améliorer les conditions d'accueil des migrants conformément au droit international et leur garantir l'accès aux procédures d'asile, de même que la fourniture d'une aide médicale. "Des contrôles et une surveillance accrus ne dissuadent pas les gens d'essayer d'entrer en Europe", explique Antonio Virgilio, chef de mission de MSF en Italie.

Depuis 2000, MSF fournit ses services aux migrants qui atteignent par bateau les côtes méridionales de l'UE, notamment en Italie et en Grèce. "Nos équipes médicales à Lampedusa, en Italie, constatent que beaucoup de migrants arrivent dans un état désespéré, complètement choqués et souffrant d' hypothermie et de brûlures de peau après de longs voyages en mer", souligne Antonio Virgilio.

Les conditions d'accueil devraient être améliorées. "Il y a une toilette et une salle de douche pour plus de 100 personnes dans un centre pour migrants", relève Nondas Paschos, le responsable de mission de MSF en Grèce. En 2007, la Grèce a reçu 112 000 migrants. Mais sur 25 000 demandes d'asile enregistrées, seules huit personnes ont obtenu le statut de réfugié, selon l'enquête de MSF.

D.D. (st.)