International

La police allemande a identifié deux personnes qui ont été tuées par une camionnette qui a foncé sur des clients assis à une terrasse à Münster, dans le nord-ouest de l'Allemagne. Dans une déclaration commune, la police et le procureur de l'Etat ont affirmé que les victimes étaient une femme de 51 ans et un homme de 65 ans.

Les autorités confirment que l'homme suspecté d'avoir mené l'attaque s'est suicidé par balle dans le véhicule. Selon le procureur, Martin Botzenhardt, l'enquête porte à croire que l'assaillant était "un homme de 48 ans de Münster".

Toutefois, rien n'indique encore ses motivations. "Les enquêteurs abordent le cas sous tous les angles possibles", a affirmé M. Botzenhardt.

"Rien n'indique pour le moment qu'on ait affaire à des motivations islamistes", a déclaré le ministre de l'Intérieur de la région où s'est produit le drame samedi après-midi, Herbert Reul. Le conducteur du véhicule-bélier était "un Allemand et non un réfugié comme on le colporte partout", a-t-il ajouté.

Les médias allemands ont identifié le conducteur comme Jens R. résidant à Münster même, non loin des lieux où il a projeté son véhicule sur des clients d'un café-restaurant, tuant deux personnes et en blessant 20 autres.

Selon les médias, il souffrait de troubles psychologiques. Une source proche de l'enquête a confirmé à l'AFP qu'il y avait eu "dans le passé plusieurs incidents" avec le conducteur.

Toujours selon les médias, l'homme connu pour un passé de petit délinquant et des actes de violences connaissait des difficultés professionnelles. Il avait tenté "il y a peu" de se suicider et avait tout récemment clamé son intention de recommencer, cette fois de manière spectaculaire.

Mais il entretenait aussi des liens avec les milieux d'extrême droite, indique la chaîne ZDF. Et selon l'hebdomadaire Spiegel, les policiers ont saisi un fusil d'assaut à son appartement. Un "objet suspect" ressemblant à un explosif a été découvert dans sa camionnette et une équipe de déminage a été dépêchée sur place.

Connu de la police

L'auteur présumé de l'attaque était connu de la police pour avoir commis quelques faits mineurs, a indiqué dimanche Elke Adomeit, du parquet de Münster. Il avait commis des faits de menaces, de dommages matériels, de délit de fuite et de fraude en 2015 et 2016. Tous ont été classés sans suite.

"A première vue, nous n'avons aucune indication d'une forte activité criminelle", a souligné Mme Adomeit.