International

L'entreprise Tom's Hardware a annoncé vendredi sur son site internet la mort de l'un de ses employés italiens, Bruno Gulotta, 35 ans, l'une des 13 victimes de l'attentat de Barcelone, où il était en vacances avec sa famille.

Le ministère italien des Affaires étrangères n'a pas confirmé l'information dans l'immédiat, s'en tenant à un bilan confirmé de trois blessés italiens. Selon la presse, deux ont déjà quitté l'hôpital.

"Notre collègue et ami Bruno Gulotta a été renversé et tué par un terroriste infâme au coeur de Barcelone", rapporte l'entreprise sur son site internet, en évoquant les photos de vacances que le jeune homme, qui habitait à Legnano, près de Milan, avait publiées sur Facebook: Cannes, les Ramblas...

Sa compagne Martina a raconté à ses collègues comment Bruno avait été heurté de plein fouet alors qu'il tenait par la main leur fils Alexandre, 5 ans. Elle portait leur fille Aria, 1 an, dans un porte-bébé contre elle mais a réussi à tirer l'aîné pour le sauver, précisent des médias italiens.

"Bruno était une référence pour tous ceux qui l'ont connu (...)", ajoute l'entreprise qui souligne "sa gentillesse et son professionalisme".

Capable de résoudre tous les soucis informatiques, d'une grande générosité, Bruno était "un maître de vie", rapportent ses collègues en concluant: "Repose en paix Bruno, nous nous souviendrons toujours de toi".

Les victimes de l'attentat à la voiture bélier perpétré jeudi dans le coeur de Barcelone et revendiqué par le groupe Etat islamique, qui a fait treize morts et plus de cent blessés, sont d'au moins 34 nationalités différentes.

Deux Italiens tués, dont un père devant ses enfants

Deux Italiens de 25 et 35 ans figurent parmi les victimes de l'attentat de Barcelone, a annoncé vendredi le gouvernement à Rome, dont l'un a été tué alors qu'il tenait son fils de 5 ans par la main.

"L'Italie se souvient de Bruno Gulotta et de Luca Russo et fait part de sa solidarité envers leurs familles. La liberté l'emportera sur la barbarie du terrorisme", a salué le chef du gouvernement, Paolo Gentiloni, sur Twitter.

Bruno Gulotta, 35 ans, originaire de Legnano, près de Milan, était responsable des ventes et du marketing dans l'entreprise informatique Tom's hardware, qui a publié un message de deuil sur son site internet en dénonçant "un terroriste infâme".

Sa compagne Martina a raconté à ses collègues comment Bruno avait été heurté de plein fouet alors qu'il tenait par la main leur fils Alexandre, 5 ans. Elle portait leur fille Aria, un an, dans un porte-bébé contre elle mais a réussi à tirer l'aîné pour le sauver, ont précisé des médias italiens.

"Bruno était une référence pour tous ceux qui l'ont connu", ajoute l'entreprise, soulignant "sa gentillesse et son professionalisme".

Capable de résoudre tous les soucis informatiques, d'une grande générosité, Bruno était "un maître de vie", rapportent ses collègues en concluant : "Repose en paix Bruno, nous nous souviendrons toujours de toi".

Luca Russo, 25 ans, vivait pour sa part au pied des Dolomites et travaillait depuis peu dans une entreprise de réfrigération, après avoir obtenu il y a un an un diplôme d'ingénieur à Padoue (nord-est).

Il était en vacances à Barcelone avec sa petite amie, qui figure parmi les trois Italiens blessés dans l'attentat.

Sa soeur Chiara a publié sur Facebook une photo du jeune homme souriant, ainsi que des images tirées d'une vidéo où l'on voit un homme en short, inerte et ensanglanté, le visage masqué par un passant qui tente de lui porter secours. "Aidez-moi à le ramener à la maison, je vous en prie", a-t-elle juste écrit.

Les victimes de l'attentat à la voiture bélier perpétré jeudi dans le coeur de Barcelone et revendiqué par le groupe Etat islamique, qui a fait treize morts et plus de cent blessés, sont d'au moins 24 nationalités différentes.