International

Le président des Etats-Unis Donald Trump a vivement condamné mardi à Bethléem, en Cisjordanie occupée, l'attentat de Manchester perpétré selon lui par "des losers malfaisants". 

"Tellement de jeunes gens magnifiques, vivants et aimant la vie, assassinés par des losers malfaisants. Je ne les appellerai pas des monstres car ils aimeraient trop ce mot", a déclaré M. Trump en présence du président palestinien Mahmoud Abbas avec lequel il s'est entretenu dans la matinée.

"Je les appellerai les losers dès à présent, parce que c'est ce qu'ils sont", a-t-il encore affirmé. "Et il y aura encore plus, mais ce sont des losers, rappelez-vous bien de cela."

"Notre société ne peut plus tolérer ce bain de sang continuel. Cette idéologie doit être complètement annihilée", a lancé Donald Trump alors qu'il s'apprête à se rendre à Bruxelles à l'occasion d'un sommet informel de l'Otan qui réunira les 28 chefs d'Etat et de gouvernement de l'Alliance. La question de la lutte contre le terrorisme sera un des points centraux des discussions entre les leaders des pays membres de l'Otan lors de leur rencontre.

D'autres leaders se sont également exprimés à la suite de l'attentat. Le président russe Vladimir Poutine s'est dit prêt à "développer la coopération antiterroriste" avec la Grande-Bretagne après l'attentat suicide "cynique et inhumain" de Manchester, a indiqué le Kremlin.

La chancelière allemande Angela Merkel a elle fait part de sa "tristesse" et de son "horreur".

Le président français Emmanuel Macron a fait part de son "effroi" et de sa "consternation" et annoncé qu'il s'entretiendra avec la Première ministre britannique Theresa May.