International

Le ministère iranien des Affaires étrangères a convoqué les ambassadeurs de Belgique et de France ainsi que le chargé d'affaires allemand après l'arrestation d'un diplomate iranien à Vienne. C'est ce qu'a annoncé mercredi le média iranien d'expression anglaise Press TV, citant le porte-parole du ministère Bahram Ghassemi. Le diplomate iranien Assadollah A., âgé de 46 ans et détaché à Vienne, a été arrêté à la demande de la France dans le cadre de l'enquête sur un attentat déjoué près de Paris. Un couple d'origine iranienne vivant en Belgique est lui aussi impliqué et a été placé également en détention. Les enquêteurs pensent que le premier, basé en Autriche, était une personne de contact, en Allemagne, du couple d'Iraniens de Belgique.

Selon le porte-parole du ministère, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Araghchi, a rencontré les diplomates français et allemands pour leur faire part de ses protestations à la suite de l'arrestation du diplomate à Vienne. Il aurait, toujours selon le porte-parole cité par Press TV, signifié à ses interlocuteurs que la Convention de Vienne conférait l'immunité diplomatique au ressortissant iranien arrêté et que celui-ci devait de ce fait être libéré sans conditions.

L'ambassadeur de Belgique a également été convoqué, selon Press TV. La justice belge a en effet demandé l'extradition du diplomate iranien, soulevant ainsi les protestations de Téhéran.

Les autorités belges ont annoncé lundi qu'un attentat à Villepinte, dans la banlieue nord de Paris, contre un rassemblement des Moudjahidines du Peuple Iranien (MEK), groupe marxisant interdit en Iran, avait été déjoué samedi avec l'arrestation à Bruxelles d'un couple de Belges d'origine iranienne en possession d'explosifs.

Environ 25.000 personnes ont assisté à cette réunion. Deux personnalités proches du président américain Donald Trump, l'ancien président de la Chambre des représentants Newt Gingrich et l'ancien maire de New York Rudy Giuliani, y ont pris part.

Lundi, le couple vivant en Belgique a été inculpé de "tentative d'attentat terroriste et de préparation d'une infraction terroriste".

L'enquête, menée en coopération avec les autorités judiciaires françaises et allemandes, a conduit aux interpellations de trois suspects placés en garde à vue en France et à celle d'un diplomate iranien basé en Autriche, contact du couple, en Allemagne, a annoncé le parquet.