International

Le bilan des personnes tuées dans les deux attentats revendiqués par l'organisation Etat Islamique de Barcelone et Cambrils est monté à 15, a annoncé lundi le responsable de l'Intérieur de Catalogne, Joaquim Forn lors d'une conférence de presse.

Il s'agit d'un homme de 34 ans originaire de Vilagranca del Penedes, retrouvé mort à l'intérieur d'une voiture qui avait échappé à un contrôle de police quelques heures après la tuerie de Barcelone, et est ensuite réapparue près de Barcelone, à Sant Just Desvern. Les policiers n'avaient pas jusqu'à présent relié cet incident aux attentats en Catalogne.

© AFP

Les autorités espagnoles communiquent à toutes les polices européennes l'identité du conducteur de la camionnette qui a tué jeudi 13 personnes à Barcelone, Younès Abouyaaquoub, a annoncé lundi le responsable de l'Intérieur de Catalogne.

© AP

"Nous devons parler avec les polices européennes pour leur transmettre l'identité de cette personne (...) sans doute déjà recherchée dans tous les pays européens", a déclaré Joaquim Forn sur Catalunya Radio.

Ce Marocain de 22 ans, dont la photo a été diffusée, est recherché dans tout le pays et au-delà des frontières espagnoles, sans que la police puisse dire s'il est encore en vie ou pas. Des images diffusées par le quotidien espagnol El Pais montrent l'homme quittant la scène de l'attentat en matchant. Apparemment, il se serait rendu à un parking proche de l'université de Barcelone, 1h30 après l'attaque. Il y serait allé à pieds et portait des lunettes de soleil. Là, il aurait poignardé un homme, qui garait son véhicule, à l'aide d'une machette avant de le pousser sur la banquette arrière et de filer avec la Ford Focus. Pablo Perez, la victime, est décédé à la suite de ses blessures.

© DR

Quelques heures après l'attaque de Barcelone, une autre voiture avait à son tour fauché des badauds dans la station balnéaire de Cambrils, au sud de la capitale catalane. L'un des cinq occupants de l'Audi munis de fausses ceintures explosives, d'une hache et de couteaux, avait ensuite poignardé à mort une femme. Tous les cinq ont été abattus par la police.

Les auteurs des deux attentats, revendiqués par le groupe Etat Islamique constituent une cellule jihadiste de 12 personnes. Ils s'apprêtaient à commettre "un ou plusieurs attentats" de "manière imminente", quand un raté a entraîné la déflagration qui a détruit la maison où ils préparaient les attaques à Alcanar, à 200 km au sud-ouest de Barcelone, selon le chef de la police catalane Josep Lluis Trapero.

Les enquêteurs estiment que cette explosion a poussé la cellule à agir précipitamment avec des véhicules pour tuer à Barcelone puis Cambrils.

Quatre suspects étaient en garde à vue lundi. Sur les cinq tués à Cambrils, trois de nationalité marocaine, ont été identifiés. Trois autres suspects ont été identifiés: Younès Abouyaaqoub et deux hommes qui pourraient avoir péri dans l'explosion d'Alcanar.

Plusieurs membres de la cellule, dont un imam, Abdelbaki As Satty, vivaient à Ripoll, petite ville au pied des Pyrénées, au nord de Barcelone.

Abouyaaquoub "est dangereux et pourrait être armé"

Younès Abouyaaqoub, le suspect en fuite des deux attentats de Barcelone et Cambrils, recherché par toutes les polices d'Europe, est dangereux et pourrait être armé", a indiqué lundi la police catalane sur Twitter.

"Il est dangereux, et pourrait être armé. Cet auteur présumé de l'attentat du 17 août à Barcelone est recherché. Il s'agit du conducteur de la camionnette", ont tweeté les Mossos d'Esquadra, la police catalane.