International

Deux attaques ont eu lieu en Espagne jeudi après-midi et dans la nuit de jeudi à vendredi. 14 personnes sont décédées dont une Belge et 126 sont blessées. En outre, cinq présumés terroristes ont été abattus par la police.

Les points importants

- Jeudi, peu avant 17h, une fourgonnette a foncé dans la foule sur les Ramblas, à hauteur de la Place de Catalogne à Barcelone, faisant 13 morts. L'Etat Islamique a revendiqué l'attaque de Barcelone.

- Dans la nuit de jeudi à vendredi, une autre attaque terroriste a eu lieu à Cambrils , à 120 km au sud de Barcelone, faisant un mort. Cinq terroristes présumés y ont été abattus.

- Une explosion dans une maison à Alcanar dans la soirée de mercredi, qui a fait 1 mort et 7 blessés, est directement liée à l'attentat de ce jeudi d'après les autorités.

- Un dernier bilan, commun aux deux attaques et communiqué à vendredi à 17h, fait état de 14 tués, 126 blessés, dont 65 encore hospitalisés. Dix-sept sont dans un état "critique" et 28 dans un état "grave".

- Le conducteur de la fourgonnette n'a pas encore été identifié mais il pourrait se trouver parmi les assaillants abattus. Il pourrait s'agir de Moussa Oukabir, né en 1999.

- 4 personnes ont été arrêtées, à Barcelone et à Ripoll, à une centaine de kilomètres au nord de Barcelone. Les corps de trois jeunes Marocains (dont Moussa Oukabir), abattus par la police à Cambrils, ont été formellement identifiés vendredi soir.

- La police espagnole a transmis vendredi le signalement d'un véhicule blanc de type Kangoo aux autorités françaises, dans le cadre de l'enquête sur les attentats.


Les corps de trois Marocains formellement identifiés, Moussa Oukabir était-il le conducteur de la camionette?

Les corps de trois jeunes Marocains, abattus par la police après une attaque terroriste dans la nuit de jeudi à vendredi à Cambrils dans le nord-est de l'Espagne, ont été formellement identifiés, a annoncé vendredi soir la police catalane en révélant leur identité.

Il s'agit de Moussa Oukabir, Saïd Aallaa et Mohamed Hychami, respectivement âgés de 17, 18 et 24 ans, tous habitants d'une localité du nord de la région, Ripoll, selon la police. Un quatrième suspect Younès Abouyaaqoub, 22 ans, est toujours recherché.

Moussa Oukabir, abattu à Cambrils, est soupçonné d'avoir conduit la camionnette qui a fauché des dizaines de piétons jeudi soir sur les Ramblas, à Barcelone.

© AFP

Madrid signale un véhicule à la France

La police espagnole a transmis vendredi le signalement d'un véhicule blanc de type Kangoo aux autorités françaises, dans le cadre de l'enquête sur les attentats djihadistes à Barcelone et Cambrils, a-t-on appris de source policière française.

"Les enquêteurs espagnols ont fait un signalement aux autorités françaises sur ce véhicule en lien avec les attentats", selon cette source confirmant une information du quotidien français Le Parisien. Le véhicule pourrait avoir passé la frontière franco-espagnole.

Les forces de l'ordre espagnoles recherchaient encore au moins quatre personnes, dont Moussa Oukabir, le frère du Marocain Driss Oukabir déjà interpellé jeudi à Ripoll, à une centaine de kilomètres au nord de Barcelone, selon le journal espagnol La Vanguardia.

Parmi ces quatre personnes recherchées, trois sont de Ripoll, petite ville de quelque 10.000 âmes, où trois personnes ont déjà été arrêtées dans le cadre de l'enquête sur les attentats.

Le porte-parole de la police régionale catalane, Josep Lluis Trapero, a déclaré que l'enquête laissait entrevoir l'existence d'un "groupe de personnes" ayant agi de concert en Catalogne, notamment à Ripoll et Alcanar, commune au sud de Barcelone.


Dernier bilan : 65 personnes encore hospitalisées dont 17 dans un état critique

Le dernier bilan des attaques en Catalogne est de 14 tués et 126 blessés, dont 65 sont encore hospitalisés, a indiqué vendredi après-midi la protection civile catalane. Dix-sept sont dans un état "critique" et 28 dans un état "grave".

Dans l'attentant de Barcelone, treize personnes ont été tuées, soixante-et-une victimes sont encore hospitalisées, dont 17 dans un état critique, 25 dans un état grave et 19 souffrant de blessures légères.

L'attaque perpétrée à Cambrils a elle fait un mort et six blessés. Quatre personnes sont encore hospitalisées à Tarragone, dont trois dans un état "grave".


Revivez notre live:



Quatre personnes arrêtées, aucun n'avait d'antécédent terroriste

Quatre personnes, trois Marocains et un Espagnol, ont été interpellées pour les événements survenus au cours des dernières heures à Barcelone et Cambrils, a annoncé vendredi en début d'après-midi la police catalane. Aucun d'entre eux n'avait d'antécédent lié au terrorisme. L'auteur de l'attaque sur les Ramblas, toujours en fuite, n'a pas encore été identifié, précise la police. Quatre suspects ont été placés en détention, dont Driss Oukabir, l'individu dont les papiers ont été utilisés pour louer la camionnette qui a foncé sur la foule sur les Ramblas.

Un Espagnol à l'identité non révélée né à Melilla, enclave espagnole au Maroc, a été arrêté à Alcanar, à 200 km au sud de Barcelone, après l'explosion mercredi soir d'une maison dans laquelle la police croit que les occupants préparaient un engin explosif.

Deux autres suspects ont, comme Driss Oukabir, été arrêtés à Ripoll, non loin de la frontière française.

© AP

La police catalane travaille sur l'hypothèse que les auteurs préparaient les deux attaques depuis un certain temps dans le bâtiment où s'est produit une explosion à Alcanar, a affirmé son chef, Josep Luis Trapero. "Il s'agit d'un groupe, et nous ne pouvons pas exclure qu'ils avaient prévu d'autres attaques."

Par ailleurs, cinq terroristes, auteurs présumés de l'attaque de Cambrils, ont été abattus dans la nuit de jeudi à vendredi. Une hache et des couteaux ont été retrouvés dans leur véhicule tandis qu'ils portaient des ceintures avec des faux explosifs, signale encore la police catalane. Ils ont en outre blessé au visage une personne qui se trouvait sur les lieux, avant d'être abattus.

Une explosion au gaz liée à l'affaire

La nuit précédant l'attentat, une explosion au gaz est survenue à Alcanar, une commune de la province de Tarragone. Elle serait liée à l'attentat de Barcelone. Cette explosion dans un logement avait fait deux morts, a indiqué la police catalane.

Revendication par l'EI

Le groupe Etat islamique a revendiqué cet attentat dans un message diffusé par son agence de propagande Amaq et relayé par le centre américain de surveillance des sites djihadistes, SITE. "Les assaillants de l'attaque de Barcelone étaient des soldats de l'Etat islamique", indique le message, ajoutant que "l'opération a été menée en réponse aux appels à cibler les Etats de la coalition" internationale antidjihadistes opérant en Syrie et en Irak.