International

La police égyptienne a arrêté mardi dix personnes soupçonnées d'implication dans le triple attentat qui a frappé lundi soir la ville touristique de Dahab sur la mer Rouge, tuant 18 personnes selon un dernier bilan. Trois des suspects, originaires du Caire, sont des informaticiens arrivés à Dahab à la veille des attentats et qui l'ont quitté moins d'une heure plus tard. Ils ont été arrêtés à un barrage des forces de l'ordre, portant de faux papiers d'identité et l'un d'eux était blessé au nez.

Douze Egyptiens et six étrangers, dont un Suisse, un Russe, une Libanaise et un enfant allemand de cinq ans, ont été tués dans le triple attentat qui a secoué la ville balnéaire de Dahab, très fréquentée par les touristes, a indiqué une source de sécurité, faisant état de 62 blessés.

Des kamikazes?

Les attaques n'ont pas été revendiquées. Un responsable de la sécurité a affirmé sous couvert de l'anonymat qu'au moins deux kamikazes y étaient impliqués. Le ministre de l'Information Anas al-Fekki s'est montré plus prudent. «Il y a un corps non identifié et nous ne savons pas encore» s'il s'agit d'attentats-suicides, a-t-il affirmé.

La presse gouvernementale a indiqué que les premiers éléments de l'enquête montraient un lien possible entre les attaques de Dahab et celles de Taba (34 morts en octobre 2004) et Charm el-Cheikh (près de 70 morts en juillet 2005). Celles-ci avaient été imputées par la justice égyptienne au groupe islamiste al Tawhid wal Jihad, dont plusieurs membres sont actuellement jugés. Ce groupe, se réclamant d'Oussama Ben Laden, avait revendiqué les attaques de Taba et Charm el-Cheikh, alors que les autorités les imputaient encore à un groupe de Bédouins du Sinaï.

Quid du tourisme?

Le président Hosni Moubarak, dans un discours à la nation, s'est engagé à «déployer tous les efforts pour fournir aux forces armées les armes, les équipements, l'expertise et l'entraînement, afin de protéger la sécurité nationale, les intérêts et l'intégrité territoriale de l'Egypte».

Les autorités ont aussi cherché à se montrer rassurantes, l'industrie touristique présentant le premier secteur de l'économie égyptienne. Seul impact tangible mardi, les voyagistes allemands TUI et Thomas Cook ont suspendu toutes leurs excursions dans le Sinaï...

© La Libre Belgique 2006