International

Un superjumbo A380 d'Air France effectuant la liaison Paris-Los Angeles a été contraint d'opérer un "atterrissage d'urgence" samedi au Canada à la suite d'un "grave dommage" sur l'un de ses quatre réacteurs, a annoncé la compagnie aérienne samedi à Paris.

L'appareil, fabriqué par l'avionneur européen Airbus, a atterri sur l'aéroport militaire de Goose Bay au Canada et "l'ensemble des 520 personnes à son bord ont été évacuées sans dommages ni blessés", a déclaré un porte-parole de la compagnie aérienne à l'AFP à Paris.

Le déroutage a eu lieu pendant que l'avion passait au-dessus du Groenland et il s'est posé à Goose Bay à 15H42 GMT, a ajouté le porte-parole.

496 passagers étaient à bord, ainsi que les 24 membres de l'équipage, dont trois membres du personnel navigant technique, a-t-il précisé.

L'atterrissage s'est passé "normalement" sur cette base militaire, qui est un aéroport dit de dégagement sur les routes aériennes transatlantiques. Air France a immédiatement envoyé de Montréal et de New York du personnel sur place pour s'occuper des passagers.

La compagnie est en train d'"examiner toutes les solutions" pour transporter ces personnes au plus vite vers les Etats-Unis, a ajouté le porte-parole.

"Les passagers du vol #AF66 Paris-Los Angeles du jour vont se souvenir de leur voyage longtemps", a tweeté Iskandar (@AlexBeaurepaire), montrant deux photos d'un réacteur dénudé, son capot arraché, avec la partie avant (soufflante) disparue.


Miguel Amador (@theamadoor) a aussi posté un petite vidéo apparemment filmée en vol par le hublot, où l'on voit le réacteur dénudé par l'arrière, avec le texte "avarie de moteur à mi-chemin au dessus de l'Atlantique #airfrance #airfrance66 #AF66", et où il évoque la possibilité de la rencontre avec un oiseau.

Les A380 d'Air France sont équipés de réacteurs GP7200, spécialement conçus pour ces avions, et réalisés par l'association des deux motoristes américains General Electric et Pratt and Whitney (United Technologies Corp).

Le GP7200 est issu des programmes de réacteurs à grande capacité GE90 de General Electric et PW4000 de Pratt and Whitney. Air France a été la première compagnie a choisir ce réacteur en 2001 lorsqu'elle a commandé ses gros porteurs. Il est entré en service en 2009 dans la compagnie.

Air France exploite au total 10 Airbus A380.

Airbus a présenté au salon du Bourget (près de Paris) en juin dernier une version améliorée de son avion emblématique, appelée "A380Plus", destinée à optimiser sa rentabilité pour tenter de relancer les ventes.

L'A380 est en panne de commandes depuis près de deux ans et le constructeur européen a annoncé que les livraisons seraient ramenées à huit avions en 2019. Malgré cela, le patron d'Airbus Tom Ender a récemment déclaré qu'il croyait toujours à l'avenir du gros porteur qui "sera avec nous pour de très longues années".

En 2016, le groupe avait déjà annoncé une réduction de la cadence de production du géant des airs à un exemplaire par mois à partir de 2018, contre 27 au total en 2015.