International La population est soudée autour des revendications économiques et sociales d’un fort mouvement protestataire.

Le soleil est déjà haut dans le ciel, mais la ville d’Al Hoceima s’éveille à peine. Dans le quartier presque désert de Sidi Abid, les commerçants ouvrent tranquillement leurs boutiques. Difficile d’imaginer que cette petite zone centrale de la ville d’Al Hoceima, au Nord du Maroc, connaît depuis sept mois des manifestations quasi quotidiennes depuis la mort d’un commerçant de poisson, broyé dans une benne à ordures pour avoir voulu empêcher la police d’y jeter sa marchandise : 500 kg d’espadon pêché illégalement.

Il faut apercevoir sur les écrans d’un magasin de téléviseurs l’image d’Abdelkrim El Khattabi, héros rifain de la résistance à la colonisation espagnole, pour deviner le feu qui couve. Dans la torpeur de cette ville provinciale, en plein mois de ramadan, la population fait bloc et soutient les revendications économiques et sociales du mouvement El Hirak.

(...)