International

Sept personnes ont été retrouvées mortes cette nuit de jeudi à vendredi, dans une propriété privée au sud de la ville de Perth en Australie. Quatre enfants, leur mère et deux de leurs grands parents ont été découverts présentant de nombreuses blessures par balle dans le petit village d’Osmington. Les critères spécifiques d’une tuerie de masse, qui s'appliquent ici, n’avaient  été rencontrés qu'une seule autre fois en plus de 20 ans. En effet, en 2014, un fermier avait tué sa femme et ses trois enfants avant de se suicider.

La tuerie de masse de cette nuit, définie par la mort quatre personnes ou plus, est la plus meurtrière depuis le massacre de Port Arthur qui avait fait 35 morts en 1996. Un répit de plus de 20 ans que l’on doit à un homme : John Howard.

© Belga

Premier ministre de l’époque, libéral et réputé conservateur, il n’en reste qu’au lendemain de cette tragédie, il prend le taureau par les cornes et se lance dans de grandes réformes au grand dam de beaucoup de ses électeurs.


Le bilan de ces mesures polémiques est sans appel, après l’année 1996 avec la tuerie de Port Arthur (35 morts) qui suivait de près les meurtres de Hillcrest (6 morts), plus une seule tuerie de masse n’a eu lieu pendant près de vingt ans.


Le nombre d'homicides impliquant des armes à feu à lui aussi baissé.


Le drame qui vient de toucher l'Australie est rempli de zones d'ombres et la piste du meurtre suivi d'un suicide n'est pas écartée.