International

La police autrichienne a annoncé vendredi l'ouverture d'une enquête après le suicide d'un jeune migrant afghan de 11 ans, qui selon des médias était très sollicité dans la prise en charge de ses six frères et soeurs.

Hébergé depuis l'an passé avec sa famille dans un centre de Baden, près de Vienne, l'enfant a succombé lundi à l'hôpital après s'être donné la mort, a indiqué la police de Basse-Autriche, confirmant des informations de presse.

Selon la radio publique Ö1, il servait d'interprète et devait accomplir la plupart des démarches administratives pour ses proches, son frère aîné de 23 ans, à qui les autorités avaient confié la responsabilité de la fratrie, s'étant avéré dépassé.

Toujours selon Ö1, la situation de cette famille avait fait l'objet de plusieurs signalement. L'administration locale a toutefois assuré n'avoir relevé "aucune anomalie".

Le Défenseur des droits Günther Kräuter a également annoncé vendredi s'être saisi du dossier. Il y a quelques mois, il était déjà intervenu dans le cas d'un Afghan de 18 ans à qui les autorités de Baden avaient confié la charge de ses deux soeurs atteintes d'un cancer.

L'Autriche, un pays de 8,7 millions d'habitants a reçu plus de 130.000 demandes d'asile depuis début 2015, devenant l'une des principales destinations d'accueil en Europe, rapporté à sa population.

Comme d'autres organisations, l'Unicef dénonce régulièrement "le manque de mesures de protection pour les enfants migrants en Europe", soulignant que "l'UE et les Etats membres agissent beaucoup trop peu pour prendre en compte les besoins et les problèmes" de cette population.