International

Avec le mariage du Prince Harry et de l'Américaine Meghan Markle, les commerçants britanniques se frottent les mains: ils vont pouvoir écouler assiettes, tasses, et même bières et préservatifs spécialement conçus à l'occasion du mariage qui va attirer des dizaines de milliers de touristes.

Quelques heures seulement après l'annonce de leurs fiançailles, en novembre 2017, le bijoutier en ligne Jewlr.com lançait une réplique de la bague de fiançailles offerte par Harry à Meghan tandis que l'entreprise de céramique Emma Bridgewater annonçait la vente d'une tasse "Harry & Meghan sont fiancés".

Toute une gamme officielle de vaisselle a aussi été lancée. Les porcelaines anglaises, créées à Stoke-en-Trent selon une technique inchangée depuis 250 ans, vont de la tasse à café (25 livres, 29 euros) à l'assiette (49 livres, 56 euros) en passant par la chope à bière (39 livres, 45 euros).

Les bénéfices de cette coûteuse vaisselle vont au Royal Collection Trust, organisme de bienfaisance chargé de la conservation du patrimoine royal.

Face à ces traditionnels produits dérivés, certains tentent de se distinguer par leur originalité.

© AFP

Windsor & Eton Brewery a par exemple créé une bière artisanale combinant astucieusement du houblon britannique et américain, avec une touche de levure de champagne. Une boisson qui se veut "jeune, fraîche et pleine de caractère".

Plus irrévérencieux, Crown Jewels Heritage condoms propose des préservatifs "parfaits pour un prince", au prix de 10 livres les quatre. Petit bonus: à l'ouverture de la boîte-souvenir bleue, sur laquelle apparaît une photo de Harry et Meghan souriants, retentissent God Save the Queen et The Star Spangled Banner, les hymnes britannique et américain.

Plus d'un milliard de livres

Entre les souvenirs, les boissons et la nourriture vendus pendant le mariage -lors duquel les pubs et cafés pourront fermer plus tard- et les ventes de vêtements inspirées par les tenues de la mariée, le Centre pour le commerce de détail (Centre for Retail Research) estime que les retombées économiques avoisineront 120 millions de livres.

Selon le cabinet de consultants Brand Finance, le mariage royal pourrait même rapporter au total plus d'un milliard de livres (1,14 milliards d'euros) en 2018, dont 300 millions de livres grâce au tourisme.

En avril 2011, le mariage du prince William et de Kate Middleton avait attiré 350.000 visiteurs étrangers supplémentaires. Avec la baisse de la livre et l' "incroyable intérêt médiatique" pour le mariage de Harry et Meghan, Brand Finance estime que le nombre de touristes "devrait être encore plus élevé" cette fois-ci.

La police se prépare à l'arrivée de 100.000 personnes rien qu'à Windsor, où le couple s'unira le 19 mai.

Dans cette commune située à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Londres, les commerçants ne sont pas les seuls à se réjouir de l'événement: les habitants aussi comptent bien profiter de l'aubaine, en louant leurs logements aux touristes et aux équipes de télévision du monde entier.

Quelques semaines avant l'événement, des particuliers proposaient une maison située dans le centre-ville, "idéale pour le mariage royal" pour plus de 3.500 euros la nuit, tandis que d'autres mettaient en location un appartement de trois pièces "à 50 secondes à pied du château" à 2.100 euros la nuit.

Mais avant ce qui s'annonce comme le mariage de l'année au Royaume-Uni, il y a déjà un "effet Meghan". Les tenues arborées par l'actrice lors de ses apparitions publiques suscitent un énorme engouement.

Le manteau blanc qu'elle portait lors de l'annonce des fiançailles s'est ainsi arraché et le site internet de la marque (Line) est tombé en panne plusieurs fois en raison de l'afflux des visites.

"En intégrant la famille royale, cet effet sur les marques est susceptible de devenir plus important encore", analyse Brand Finance, qui s'attend à ce que la future princesse devienne une "puissante ambassadrice des marques britanniques, en particulier dans son Amérique natale".