International

Les Grandes Conférences catholiques étaient en décentralisation, mardi soir à la cathédrale de Liège où le cardinal Maradiaga a fait un exposé très remarqué sur l'eucharistie et la miséricorde. "La Libre" a rencontré ce cardinal hondurien, proche du Pape et membre-clé du C9, son "conseil de la Couronne" dont nous avions déjà croisé la route lors de sa visite à Caritas-Belgique en 2010.

Le C9, ce conseil des cardinaux appelé par le pape François pour l’aider à faire un état des lieux sans préjugés de l’Eglise émane aussi de « notre » cardinal Danneels qui voici près de 20 ans appelait déjà une telle structure de ses voeux, évoquant une sorte de conseil de la Couronne comme en Belgique...

Oui, il est exact qu’il l’avait évoqué lors des congrégations générales qui ont réuni les cardinaux électeurs et non électeurs avant le conclave de 2013. Sa suggestion a très vite recueilli une majorité de soutiens. Car on a rappelé que l’Eglise ce n’est pas que le Pape et la Curie mais aussi l’ensemble des évêques du monde et les fidèles.

Pouvez-vous confirmer que le prochain synode sera consacré à la décentralisation ?

Il est trop tôt pour le dire. En fait, nous avons recueilli toute une série de propositions du côté des conférences épiscopales. En émergent quelques grands thèmes : la collégialité et la synodalité, la problématique de la jeunesse, la doctrine sociale de l’Eglise et enfin la question des ministères aujourd’hui.

Le climat a-t-il changé au Vatican depuis l’arrivée du pape François ?

Il y a certainement des évêques dans le monde qui ne sont pas 100 % d’accord avec le Pape mais dans l’ensemble il a été accepté de manière extraordinaire à la fois par le sommet et par la base. On voit cela dans les audiences qui restent particulièrement fréquentées. Au départ, on a attribué le succès à la nouveauté mais le phénomène persiste. Et puis il prend de l’ampleur : l’audience dure une heure de plus qu’avant parce que le Pape va jusqu’au bout de la Via della Conciliazione pour saluer le plus grand nombre de fidèles. Un ami protestant m’a dit qu’il avait instauré de la sorte des encycliques du geste à côté de celles qu’il écrit... mais il communique quasi tous les jours !