International Que ce soit pour son occupation d'un logement social en tant qu'avocate (et que son mari, Alexis Corbière, est parlementaire), pour son interview enregistrée chez Ardisson ou encore pour son non-paiement de cotisations sociales en tant qu'avocate, Raquel Garrido a déjà reçu un torrent de critiques depuis qu'elle est sur le devant de la scène politique française.

Alors que Raquel Garrido est porte-parole de la France Insoumise (et aussi avocate de Jean-Luc Mélenchon), c'est Mélenchon lui-même qui l'a défendue dimanche soir sur le plateau du "Grand jury RTL-Le Figaro-LCI". Selon lui, elle est une "avocate pauvre qui ne paie pas ses cotisations" et se retrouve "clouée au pilori". Sur les accusations d'arriérés de cotisations sociales (environ 30.000 euros non payés selon le Canard Enchaîné), Jean-Luc Mélenchon a demandé à ce que "ces campagnes pourries cessent".

"Raquel Garrido n'est coupable de rien. C'est une cabale montée, organisée et qui répand des calomnies", a dénoncé Jean-Luc Mélenchon. "La grande question du siècle, c'est est-ce qu'un avocat pauvre qui ne paie pas ses cotisations doit être cloué au pilori instantanément après qu'on lui ait coupé les mains, peut-être parce que c'est un voleur ?", a ajouté le chef de file de la France Insoumise. Il développe en pointant un objectif politique dans ces révélations. "Il y a 7000 avocats qui sont dans cette situation. Vous vous en foutez. Les gens crèvent de misère dans ce pays, vous vous en foutez. Mais Raquel Garrido, parce qu'elle est ma porte-parole, ça permet de dire 'Mélenchon' et de taper Garrido"