International

Vingt-quatre personnes ont trouvé la mort dans un incendie vendredi dans une clinique de réhabilitation pour toxicomanes dans la capitale azerbaïdjanaise Bakou, ont affirmé les autorités.

"L'incendie s'est déclenché à 06H10 dans le Centre républicain de narcologie. Les corps de 24 personnes ont été retrouvés", ont indiqué le parquet et plusieurs ministères dans un communiqué commun, précisant que le bâtiment concerné était construit en bois.

Quatre autres personnes ont été hospitalisées avec des brûlures, selon la même source.

Selon les premiers éléments disponibles, l'incendie semble avoir été provoqué par un problème électrique, poursuit le communiqué.

Une vidéo diffusée à la télévision locale montre des hautes flammes s'élever depuis les fenêtres du bâtiment d'un étage.

L'agence locale APA avait évoqué précédemment un bilan de 30 morts.

Les victimes étaient des patients attachés à leur lit et donc incapables d'échapper aux flammes, a indiqué APA, précisant que des pompiers et des secouristes sont parvenus à maîtriser le sinistre en début de matinée et enquêtaient pour en déterminer les causes.

Le quartier a été bouclé par les forces de l'ordre, qui ont déployé d'importants moyens sur place.

L'Azerbaïdjan, petit pays du Caucase, a connu plusieurs tragédies résultant d'incendies dans des bâtiments résidentiels ou dans les transports publics.

En mai 2015, 15 personnes avaient trouvé la mort dans l'incendie d'un bâtiment de plusieurs étages dans la banlieue de Bakou.

En 1995, 289 sont mortes dans un incendie dans le métro de la capitale azerbaïdjanaise, alors pourvu d'équipements soviétiques obsolètes. Il s'agit du désastre le plus meurtrier s'étant déroulé dans un métro dans le monde.