Berlusconi condamné à 7 ans de prison: "Je résisterai à la persécution"

AFP Publié le - Mis à jour le

Vidéo
International
Silvio Berlusconi, piégé une nouvelle fois par son attirance pour les jeunes femmes, a été condamné lundi par le tribunal de Milan à sept ans de prison, à l'issue d'une spectaculaire saga judiciaire de plus de deux ans.

Dans le procès "Rubygate", trois magistrates de Milan le jugeaient depuis avril 2011 pour abus de pouvoir et prostitution de mineure, accusations qu'il réfutait avec véhémence et qui divisaient le pays.

A l'âge de 76 ans (bien 76), l'ancien président du Conseil s'est vu aussi infliger une interdiction à vie de tout mandat public. Une humiliation suprême pour un homme qui a été et voulu être le personnage clé de la vie politique italienne des 20 dernières années.

Berlusconi: "Je résisterai à la persécution"

L'ancien président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, a fustigé lundi "un verdict violent" et déclaré qu'il "résisterait à la persécution", dans une déclaration écrite, quelques heures après sa condamnation à sept ans de prison dans l'affaire Rubygate.

"Encore une fois, j'entends résister à cette persécution, parce que suis absolument innocent", écrit le Cavaliere, dans sa première réaction à sa condamnation en première instance par un tribunal de Milan pour abus de pouvoir et prostitution de mineure, contre laquelle il a interjeté appel.

"J'étais vraiment convaincu qu'ils m'acquitteraient, parce que, dans les faits, il n'y a aucune possibilité de me condamner", a ajouté le Cavaliere.

"Une sentence incroyable a été émise, d'une violence jamais vue auparavant, en vue de m'éliminer de la vie politique de ce pays", a-t-il poursuivi.

"Ce n'est pas seulement une page de justice déficiente et une offense à tous les Italiens qui ont cru en moi et qui ont confiance en mon engagement pour le pays", a estimé M. Berlusconi.

Une affaire qui ne date pas d'hier...

Ses déboires liés à la gent féminine ont commencé bien plus tôt et se sont étalés sur la place publique dès 2009.

En mai de cette année-là, sa deuxième épouse Veronica Lario demande le divorce publiquement dans une lettre dans laquelle elle dénonce le comportement d'un homme qui "fréquente des mineures". Elle le dépeint comme "un dragon auquel s'offrent de jeunes vierges", dans une allusion à sa présence aux 18 ans de Noemi, une Napolitaine.

Cet épisode s'achève en décembre 2012 quand un tribunal condamne le Cavaliere infidèle à payer trois millions d'euros par mois à son ex-épouse dans le cadre de leur divorce.

En juin 2009, c'est la call-girl Patrizia D'Addario qui raconte dans le détail une nuit torride de novembre 2008 avec Silvio Berlusconi et publie un livre, "Selon votre bon plaisir, M. le président".

Silvio Berlusconi, qui aura 77 ans en septembre, n'a jamais fait mystère de son goût pour les belles femmes, tout en assurant n'avoir jamais payé pour des relations sexuelles. Il a nié tout rapport intime avec la jeune Marocaine Karima El Mahroug, alias Ruby, au coeur du scandale Rubygate.

Né le 29 septembre 1936 dans une famille de la petite bourgeoisie milanaise, il hérite de son père, employé de banque, un sens aigu des affaires qu'il exerce dès l'adolescence en monnayant son aide à ses camarades de classe.

Physique avantageux, Silvio Berlusconi travaille comme animateur de boîtes de nuit et chanteur sur des bateaux de croisière.

Vendeur d'aspirateurs à la fin des années 50, il décroche en 1961 une licence en droit, puis emprunte de l'argent à la banque de son père pour fonder une société immobilière.

Commence une irrésistible ascension avec la construction du quartier résidentiel de Milano 2, soulevant des interrogations sur l'origine de sa fortune, sur laquelle il est toujours resté discret.

La télévision lui permis ensuite d'exprimer son génie créatif de grand communicateur: il est en phase avec le public et n'hésite pas agrémenter ses programmes de femmes dénudées.

La holding de la famille Berlusconi, Fininvest, compte trois chaînes de télévision, des journaux, les éditions Mondadori, mais aussi le Milan AC, équipe de football championne d'Italie en 2011.

Ces succès lui valent d'accéder au statut de plus grosse fortune d'Italie pendant dix ans, avant que les aléas boursiers ne le privent de ce rang, même s'il reste l'un des cinq premiers du classement.

En 1994, le Cavaliere se lance en politique et monte en quelques semaines Forza Italia, essentiellement avec des cadres de la Fininvest.

Il remporte les élections d'avril 1994, mais, lâché par la Ligue du nord, son gouvernement s'écroule au bout de sept mois. En 2001, il reconquiert le pouvoir qu'il conserve jusqu'en avril 2006, un record pour l'Italie de l'après-guerre.

Usé par ces cinq années, il est battu d'extrême justesse aux élections suivantes, mais prend une revanche éclatante deux ans plus tard et s'installe aux commandes pour la troisième fois.

En novembre 2011, il est contraint de céder les rênes d'une Italie en proie à une grave crise financière à l'économiste Mario Monti.

Pendant ses années au pouvoir, ses problèmes personnels, notamment judiciaires, occupent le devant de la scène. On lui reproche de se servir de son poste pour faire voter des lois lui permettant d'échapper à la justice ou de défendre sa fortune.

M. Berlusconi a été condamné à plusieurs reprises en première instance, mais jamais définitivement.

Très soucieux de son apparence, cet homme de petite taille, auquel une épaisse couche de fond de teint donne l'air d'être éternellement bronzé, a recours sans complexe à la chirurgie esthétique pour ne pas laisser paraître qu'il est plusieurs fois grand-père. Il est le père de cinq enfants issus de deux mariages.


Publicité clickBoxBanner