Bernard Arnault a choisi Uccle

Christophe Lamfalussy Publié le - Mis à jour le

Exclusif
International

Bernard Arnault, la plus grosse fortune de France, est inscrit au registre de la population d’Uccle depuis fin 2011, avant même l’arrivée au pouvoir des socialistes en France, a appris dimanche "La Libre Belgique".

Armand De Decker, le bourgmestre de la commune bruxelloise, révèle en effet qu’il a été contacté dès novembre 2011 par l’homme d’affaires français. Ce dernier lui a fait part de son intention d’acheter une maison à Uccle et de s’y installer. Il dispose aussi de résidences à Paris et à Londres.

"Bernard Arnault est domicilié à Uccle depuis plusieurs mois", nous a-t-il dit. "Je suis assez surpris que le dossier à la Chambre ait été divulgué. À Uccle, il n’y a pas eu la moindre fuite. Je l’ai rencontré plusieurs fois et l’ai eu régulièrement au téléphone." "Il a déjà payé le précompte immobilier", a même indiqué Armand De Decker.

À l’époque, le président du groupe LVMH n’avait pas évoqué ses motivations, ni laissé entendre qu’il souhaitait prendre la nationalité belge. Mais "il y a une certitude, c’est que Monaco, il n’en a rien à cirer". Armand De Decker juge que c’est plutôt le climat fiscal, l’incertitude politique et les lourds droits de succession en France qui pèsent dans la décision de M.Arnault.

Le libéral bruxellois se félicite de la décision de l’homme d’affaires qui s’ajoute aux quelque 9000 Français qui ont opté pour Uccle. "Pour nous, pour la Belgique, ce sont de grandes recettes fiscales", dit-il.

La maison uccloise de Bernard Arnault Crédit: Google Street View

Pourquoi alors Bernard Arnault a-t-il demandé la nationalité belge ?

À Paris, où les révélations de "La Libre" ont créé un électrochoc, les explications diffèrent et tiennent compte du débat politique sur la taxe des 75 % promise par François Hollande.

À Paris, on dit que M. Arnault entend accélérer ses investissements en Belgique avec son ami Albert Frère, lui-même actionnaire à 18,08 % de la holding familiale Groupe Arnault. C’est pour cette raison, et parce qu’il s’intéresse à un secteur sensible du patrimoine belge, qu’il aurait choisi de demander la nationalité belge.

Bernard Arnault "veut devenir l’allié puissant" d’Albert Frère, nous a confirmé dimanche Olivier Labesse, porte-parole du Groupe Arnault. "Ils ont bien l’intention de renforcer leurs investissements en Belgique."

Mais il ne serait pas question d’exil fiscal. La quatrième fortune mondiale l’a lui même déclaré dimanche à l’AFP. "Je suis et je resterai fiscalement domicilié en France et à ce titre, je remplirai, comme tous les Français, l’ensemble de mes obligations fiscales", s’est engagé M. Arnault, peu avant l’interview du chef de l’Etat sur TF1. "Notre pays doit compter sur la contribution de chacun pour faire face à une crise économique profonde dans un cadre budgétaire particulièrement contraint", a ajouté M. Arnault. Sa demande de double nationalité "sert une démarche personnelle engagée depuis plusieurs mois et ne doit faire l’objet d’aucune interprétation politique", a-t-il poursuivi.

Dans quel secteur en Belgique le président du groupe LVMH veut-il investir ? Sur ce point, c’est évidemment le silence radio. Le groupe français dément en tout cas vouloir mettre la main sur l’empire d’Albert Frère. Il dispose déjà à Bruxelles d’un centre de coordination (très avantageux sur le plan fiscal) qui héberge une partie des activités et qu’il voudrait renforcer.

Quant à la demande de naturalisation, elle va suivre son cours. Georges Dallemagne, le président de la commission des naturalisations à la Chambre, explique que "ce n’est pas parce qu’il y a un arriéré (NdlR, de 47 000 demandes) qu’on n’examine pas les nouveaux dossiers". Celui de Bernard Arnault est arrivé fin août et demande va être faite à l’Office des Étrangers, à la Sûreté de l’Etat, au Parquet et au casier judiciaire de remettre leur avis sur l’homme d’affaires. Ils ont quatre mois maximum pour se prononcer, après quoi la Commission peut prendre une décision sur les dossiers complets selon une procédure bien établie.

Celle-ci veut que chacun des 17 députés reçoive 170 dossiers à examiner, selon un choix aléatoire fait par l’ordinateur de la Commission, ceci pour éviter tout favoritisme. Une fois l’avis du député remis, deux autres députés inspectent le dossier. Si les trois avis sont positifs, la naturalisation est acceptée. S’ils sont tous les trois négatifs, elle est rejetée. S’ils sont divergents, le dossier est discuté par l’ensemble de la Commission.

"Sa démarche est industrielle, pas fiscale"

Le sénateur-bourgmestre d'Uccle, Armand De Decker, s'est dit lundi convaincu que le patron du groupe de luxe français LVMH, Bernard Arnault, a demandé la nationalité belge en raison d'une "grande ambition industrielle" en Belgique. "Sa démarche est industrielle, pas fiscale", a-t-il affirmé à l'agence BELGA à la suite de la polémique née de cette demande, révélée samedi.

Selon M. De Decker (MR), M. Arnault est venu le trouver en novembre dernier pour lui faire part de son intention de se domicilier à Uccle, une riche commune de la Région bruxelloise. "Cela s'est fait en décembre", a ajouté le bourgmestre. M. De Decker a ensuite appris voici "un mois, un mois et demi" que M. Arnault, quatrième fortune mondiale et première d'Europe selon le magazine Forbes, avait demandé sa naturalisation.

"Mais ce n'est pas pour des raisons fiscales", a estimé le sénateur-bourgmestre, expliquant que l'homme d'affaires serait davantage taxé en tant que ressortissant belge que français. "C'est parce qu'il a une grande ambition industrielle en Belgique", sans doute en commun avec son ami Albert Frère, a-t-il dit.

M. Arnault avait démenti samedi tout exil fiscal, mais la confirmation de sa requête pour obtenir la nationalité belge, outre la française, avait fait l'effet d'une bombe au moment où le président français François Hollande a réaffirmé son intention de taxer à 75% les plus hauts revenus. Suivez l'actualité de LaLibre.be sur nos comptes Twitter et Facebook. Et téléchargez gratuitement nos applications pour iPhone et iPad, où vous pourrez également télécharger l'édition du jour.

Publicité clickBoxBanner