International

Le bilan de l'offensive israélienne a Gaza montait en flèche jeudi, s'établissant à 763 morts, après de nouveaux raids meurtriers et la récupération de nombreux corps par les services de secours à la faveur d'une pause dans les bombardements.

Après avoir franchi le seuil de 700 morts mercredi soir, le bilan des morts à Gaza s'établissait à 763 jeudi après-midi, a indiqué le chef des services d'urgence dans la bande de Gaza, Mouawiya Hassanein. Outre une vingtaine de personnes, dont des femmes et des enfants, tués dans des nouvelles attaques jeudi, les services de secours ont profité d'une pause de trois heures dans les bombardements pour évacuer des corps enfouis sous les décombres de bâtiments détruits ou abandonnés dans les zones de combats. "Le bilan est monté à 763 après l'évacuation de nombreux corps dans des zones auxquelles nous ne pouvions pas accéder, notamment à Jabaliya et Atatra (nord) et Zeitoun (un quartier de Gaza-ville)", a affirmé le Dr Hassanein.

L'ONU suspend ses approvisionnements d'aide humanitaire

L'ONU a annoncé jeudi sa décision de suspendre l'ensemble de ses approvisionnements d'aide humanitaire dans la Bande de Gaza, faisant état d'une série d'attaques israéliennes sur des installations et des personnels onusiens. Cette annonce a eu lieu peu après la mort d'un chauffeur d'un camion des Nations unies tué dans un tir de char alors qu'il faisait route vers un point de passage frontalier israélien pour prendre une cargaison d'aide.

L'ONU a précisé que ses services coordonnaient la livraison avec Israël. L'armée israélienne n'a fait aucun commentaire sur l'incident. Cette semaine, une attaque israélienne près d'une école de l'ONU a coûté la vie à près de 40 personnes. Israël a affirmé que ses soldats avaient essuyé des tirs de militants qui utilisaient le bâtiment pour s'abriter.