International

Win Myint, proche allié de la dirigeante Aung San Suu Kyi, devrait être élu président de la Birmanie dans les jours qui viennent après le vote en sa faveur de la chambre basse du Parlement vendredi. Âgé de 66 ans, cet ancien avocat et prisonnier politique, fidèle de la prix Nobel de la paix, devrait ainsi remplacer Htin Kyaw qui a démissionné mercredi après près de deux années à son poste.

"Les députés ont élu Win Myint", qui était annoncé depuis quelques jours comme le candidat d'Aung San Suu Kyi, a déclaré T Khun Myat, le porte-parole de la chambre basse après le vote dans la capitale Naypyidaw.

Le Parlement, qui est très largement dominé par le parti de Suu Kyi, la Ligue nationale pour la démocratie (NLD) se réunira en session exceptionnelle la semaine prochaine pour le vote final.

La Chambre haute du Parlement, également dominée par la NLD, a elle choisi comme candidat Henry Van Thio, diplômé en droit et représentant de la minorité ethnique Chin. Et les militaires qui comptent pour un quart des sièges via des députés non élus ont leur candidat: Myint Swe.

Aung San Suu Kyi fait en sorte de placer de fidèles compagnons de dissidence à ce poste, principalement honorifique dans la configuration actuelle, car elle ne peut pas l'occuper pour des raisons constitutionnelles.

Il est en effet interdit à quiconque ayant des enfants de nationalité étrangère - ce qui est le cas d'Aung San Suu Kyi, qui a deux fils britanniques - d'occuper le poste de président.

Cette dernière reste une icône dans son pays mais est pointée du doigt par la communauté internationale pour son manque de compassion à l'égard des Rohingyas et pour son silence sur le rôle de l'armée, accusée d'épuration ethnique de cette minorité musulmane.