International

L'ex-président brésilien Lula a été condamné à neuf ans de prison ce 24 janvier. Huit autres dossiers sont ouverts contre lui. Retour sur ces affaires qui défraient la chronique du pays.

1. Le triplex à la Côte

Accusation : don d’un triplex dans une station balnéaire par le groupe OAS en échange de l’intercession de Lula dans l’attribution de marchés publics de Petrobras. Condamnation à 9 ans et six mois de prison en première instance.

2. L’Institut Lula

Accusation : négociation avec l’entreprise Odebrecht sur le versement de 3 millions d’euros de pots-de-vin pour l’achat d’un terrain sur lequel serait construit l’institut Lula, voué à perpétuer son héritage politique. La transaction n’a pas été réalisée, mais les procureurs affirment détenir des preuves de tentative de corruption. En cours de jugement en première instance.

3. La maison de campagne

Accusation : versement de pots-de-vin d’Odebrecht et OAS à Lula pour la rénovation d’une maison de campagne à Atibaia (Sao Paulo) en échange de contrats avec Petrobras. En cours de jugement en première instance.

4. Les avions de chasse

Accusation : blanchiment d’argent et trafic d’influence dans le cadre de l’achat par l’armée brésilienne d’avions de chasse suédois Gripen, un contrat de 5 milliards de dollars, sous la présidence de sa dauphine, Dilma Rousseff. Lula est accusé d’avoir reçu des pots-de vin par une entreprise de son fils, Luis Claudio. En cours de jugement en première instance.

5. L’omerta monnayée

Accusation : obstruction à la justice, pour avoir tenté d’acheter le silence de Nestor Cervero, ancien directeur du secteur international de Petrobras impliqué dans le scandale de corruption. Le parquet a demandé que l’affaire soit classée faute de preuves.

6. Les investissements en Afrique

Accusation : trafic d’influence, corruption passive et blanchiment d’argent pour influencer la politique de financement international de la banque d’investissement BNDES. Lula est soupçonné d’avoir favorisé Odebrecht en demandant que les emprunts soient concentrés dans des pays d’Afrique comme l’Angola. En cours de jugement en première instance.

7. L’industrie automobile

Accusation : versement de 1,54 million d’euros au cours du second mandat de Lula pour prolonger les avantages fiscaux d’entreprises automobiles. En cours de jugement.

8. Le Parti des travailleurs

Accusation : association de malfaiteurs. Lula est soupçonné, au même titre que d’autres dirigeants de son parti, d’avoir utilisé l’administration publique pour détourner 380 millions d’euros de 2002 à 2016. Inculpation en cours d’analyse par la Cour suprême.

9. La nomination ministérielle

Accusation : obstruction à la justice, pour avoir, selon le parquet, tenté en 2016 d’obtenir l’immunité en se faisant nommer ministre par Dilma Rousseff. La nomination a été bloquée par la Cour suprême. Inculpation en cours d’analyse par un tribunal de première instance. (AFP)