International Le patron de la filiale britannique de l'entreprise américaine de commerce en ligne Amazon a mis en garde contre un possible "chaos", si aucun accord sur le Brexit n'était trouvé.

Doug Gurr, le manager du géant de Seattle, a expliqué à des participants d'une réunion organisée par le nouveau secrétaire au Brexit Dominic Raabl la semaine dernière, que son entreprise entrevoyait le pire scénario si un deal commercial sur le Brexit entre l'Europe et le Royaume-Uni n'était pas trouvé, peut-on lire dans le Times.

Le quotidien conservateur a contacté Amazon, qui n'a ni confirmé ni infirmé l'information, mais a précisé : "Comme toute entreprise, nous envisageons une série de scénarios de manière à être prêts à continuer à servir les clients et les petites entreprises qui comptent sur Amazon, même si ces scénarios sont très improbables."

Risque de délocalisation

Le scénario le plus redouté, qui verrait Londres cessait complètement ses relations avec l'Europe, pourrait provoquer des "troubles civils" en moins de deux semaines, explique le patron de l’entreprise qui compte créer près de 2500 nouveaux emplois au Royaume-Uni cette année (pour 25 000 actuellement).

Des entreprises telles qu'Amazon, Jaguar ou encore Airbus ont averti qu'ils seraient peut-être forcés de délocaliser leurs jobs en cas d'absence d'accord concret sur le Brexit.

Un député conservateur et europhobe a lui jugé "absurde" les propos de Doug Gurr: "Je ne comprends pas pourquoi on peut penser que vivre selon les termes de l’OMC (Organisation mondiale du commerce), qui représente près de 60 % de nos échanges avec le reste du monde, conduirait soudainement à des troubles civils."