Brown appelle l'UE à durcir sa position contre le régime birman

Publié le - Mis à jour le

International Le Premier ministre britannique Gordon Brown a appelé mardi l'Union européenne à durcir sa position contre la Birmanie, tout en exhortant les autorités birmanes à "faire preuve de retenue" face aux manifestants.

Son ministre des Affaires étrangères David Miliband a de son côté souhaité que l'opposante Aung San Suu Kyi puisse un jour prendre "la place qui lui revient" à la tête d'une Birmanie démocratique.

"Il est vital que les autorités birmanes fassent preuve de retenue face aux manifestants et lancent un processus de véritables réformes politiques", a estimé le Premier ministre dans une lettre adressée à la présidence portugaise de l'Union européenne ainsi qu'aux chefs d'Etat européens, et publiée par le Parti travailliste en congrès à Bournemouth.

"Ils menacent désormais de recourir à la force contre les manifestants, ce qui est inquiétant", poursuit le chef du gouvernement.

"Je soutiendrai fermement une initiative de la présidence (de l'UE) prévenant le gouvernement birman que nous observons son comportement et que l'Union européenne imposera des sanctions européennes plus dures s'ils font le mauvais choix", a poursuivi M. Brown.

Gordon Brown a également écrit au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, l'appelant à lancer "une action internationale concertée" pour dissuader le gouvernement birman de recourir à la violence, a révélé le Parti travailliste.

Cette déclaration intervient alors que 100.000 personnes, dont quelque 30.000 moines bouddhistes, ont de nouveau manifesté mardi à Rangoon, malgré des mises en garde du régime militaire.

Onze camions militaires transportant chacun une vingtaine de soldats et policiers anti-émeutes ont été déployés mardi en fin d'après-midi près de la mairie de Rangoon, selon des témoins.

David Miliband, a lui aussi appelé le régime birman à la retenue, soulignant que "la situation est tendue" dans ce pays.

"J'ai pour ma part trouvé formidable de voir (l'opposante) Aung San Suu Kyi vivante et en bonne santé devant sa maison la semaine dernière", a déclaré M. Miliband lors d'un discours devant les militants du Labour.

"Je crois que ce sera encore cent fois mieux lorsqu'elle pourra prendre la place qui lui revient de dirigeante élue à la tête d'une Birmanie libre et démocratique".

L'opposante birmane Aung San Suu Kyi, assignée à résidence depuis 2003, était sortie brièvement en pleurs samedi de sa maison à Rangoon pour saluer des moines bouddhistes qui manifestaient contre la junte militaire, pour la cinquième journée consécutive.

Lors de son discours devant le Congrès du parti travailliste lundi, M. Brown avait déjà dénoncé les violations des droits de l'Homme dans plusieurs pays, dont la Birmanie, affirmant que "l'injustice ne pouvait pas éternellement durer".


Agrandir le plan

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM