International

Ce mercredi après-midi, nous avons appris que le porte-parole de l'Elysée, Bruno Roger-Petit, aurait quitté ses fonctions. C'est "Challenges" qui l'a annoncé, le journal où il travaillait auparavant comme éditorialiste. 

Selon France 2, son départ s'inscrirait dans une restructuration plus large de la communication du palais présidentiel. La décision de son éviction aurait déjà été prise cet été, mais elle devait être actée le 15 septembre. Mais l'usage du conditionnel est de mise. 

"BRP" dément

Contacté par Paris Match, Bruno Roger-Petit qualifie l'information de "fake news" et dément avoir démissionné. Même si Challenges ne parlait pas de démission, mais de départ à la suite d'une restructuration. Selon Paris Match, l'ancien journaliste et porte-parole de l'Élysée doit participer à un repas ce mercredi soir avec Emmanuel Macron.

Un cas sensible

Bruno Roger-Petit s'était dans tous les cas attiré les foudres de la presse pour avoir menti en pleine affaire Benalla. 

Dans une courte déclaration vidéo, l'ancien journaliste avait déclaré qu'Alexandre Benalla avait écopé de "la sanction la plus grave jamais prise contre un chargé de mission travaillant à l'Elysée", ce qui était faux, souligne L'Obs. 

Il avait également déclaré que l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron avait été démis de ses fonctions de "responsable de la sécurité des déplacements du président de la République", alors que des photos montraient que Benalla continuait de s'en occuper.