International

Le président américain Donald Trump a évoqué vendredi une "excellente" réunion avec le chef des sénateurs démocrates Chuck Schumer, nourrissant l'espoir d'un accord sur le budget avant minuit qui permettrait d'éviter une fermeture partielle des administrations.

"Excellente réunion préliminaire dans la Bureau ovale avec le sénateur Schumer", a-t-il affirmé sur Twitter, précisant travailler avec les leaders républicains Mitch McConnell et Paul Ryan sur "des solutions pour la sécurité et notre formidable armée". "Nous faisons des progrès", a-t-il ajouté, affichant sa préférence pour une extension du budget pour quatre semaines.


Le congrès ne trouve pas d'accord, les Etats-Unis au bord du "shutdown"

Les Etats-Unis se rapprochaient vendredi d'un "shutdown", une fermeture partielle des administrations fédérales lourde de conséquences, la majorité républicaine, l'opposition démocrate et la Maison Blanche peinant à trouver un accord sur le financement de l'Etat.

A la veille du premier anniversaire de l'arrivée de Donald Trump au pouvoir, l'issue de ce psychodrame récurrent de la politique américaine était désormais entre les mains du Sénat.

Il lui appartient en effet d'adopter d'ici minuit une extension de quatre semaines du budget, jusqu'au 16 février. Un minimum de 60 voix (sur un total de 100) étant nécessaire, les républicains --qui ont 51 sénateurs-- ne peuvent se passer des démocrates.

A défaut, le pays vivra son premier "shutdown" depuis octobre 2013, synonyme de chômage technique pour des centaines de milliers de fonctionnaires.

Mick Mulvaney, directeur du Budget, a estimé vendredi matin à "50/50" la probabilité d'un tel scénario.

M. Trump avait initialement prévu de passer son week end en Floride mais la Maison Blanche a précisé vendredi matin qu'il ne quitterait pas Washington tant qu'un accord n'a pas été trouvé au Congrès.

"Maintenant, on a besoin des démocrates pour que (la loi de financement) soit approuvée au Sénat, mais ils veulent l'immigration clandestine et des frontières faibles", a tweeté Donald Trump, qui dresse depuis plusieurs jours le portrait d'un parti engagé dans une obstruction systématique et stérile.

Car, au-delà des négociations sur le fond, se joue un autre jeu, à l'approche des élections de mi-mandat en novembre: qui sera tenu pour responsable de cette paralysie qui a une dimension ubuesque dans la première puissance mondiale?

Les démocrates tablent sur le fait que les républicains qui ont tous les leviers du pouvoir --Maison Blanche, Chambre des représentants, Sénat-- paieront le prix fort.

Le président républicain de la Chambre Paul Ryan a fustigé les sénateurs démocrates qui "prennent en otage" le financement du gouvernement. "Le peuple américain, en particulier les hommes et femmes en uniforme, méritent mieux qu'une fermeture du gouvernement", a-t-il tweeté.

Trump à Mar-a-Lago?

L'équation est rendue encore plus difficile par les signaux confus --et parfois contradictoires-- envoyés par le président lui-même.

"Nous n'avons pas de partenaire fiable à la Maison Blanche avec qui négocier", se désolait le sénateur républicain Lindsey Graham.

M. Trump avait initialement prévu de quitter la Maison Blanche en fin d'après-midi pour rejoindre son luxueux golf de Mar-a-Lago, en Floride, où est prévue samedi une soirée de gala pour lever des fonds. Mais le programme du week end présidentiel est désormais suspendu aux tractations en cours au Capitole à Washington.

Au-delà d'une mesure provisoire, la majorité républicaine souhaite voir adopter un budget 2018 qui dope les dépenses militaires, une promesse de campagne de M. Trump qui estime les forces armées sous-équipées après plus de seize ans de guerre ininterrompue.

En échange de ses voix, la minorité démocrate veut, outre le financement à long terme du programme d'assurance maladie pour les enfants pauvres (Chip), régler le sort de 690.000 "Dreamers". Ces jeunes, arrivés clandestinement aux Etats-Unis quand ils étaient enfants, sont à la merci d'une expulsion après l'abrogation du programme Daca datant de l'administration Obama qui leur offrait un statut de résident temporaire.

Les républicains sont globalement d'accord pour régulariser les "Dreamers". Mais Donald Trump exige aussi le financement du mur promis à la frontière avec le Mexique ainsi que d'autres mesures anti-immigration, dont la fin de ce qu'il appelle "l'immigration en chaîne" (le regroupement familial) et la suppression de la loterie annuelle de cartes vertes.

"Pas de mur, pas d'accord", a encore clamé le président jeudi sur Twitter.

Malgré une majorité à la Chambre des représentants et au Sénat, le milliardaire a du mal à faire financer son projet qui, selon un autre tweet consacré au sujet jeudi matin, "doit permettre de stopper le flux massif de drogue venu du Mexique, désormais classé comme le pays le plus dangereux du monde".

Mais les démocrates refusent de financer ce mur, symbole selon eux d'une politique xénophobe.


Impôts, tourisme, économie: les conséquences d'un "shutdown" aux Etats-Unis

L'Etat fédéral américain pourrait se retrouver en partie paralysé samedi matin, et des centaines de milliers de fonctionnaires fédéraux mis en congés sans solde, si le Sénat n'approuve pas un accord de budget provisoire d'ici vendredi soir.

Les fonctionnaires jugés "non essentiels" devraient rester chez eux, comme lors du dernier "shutdown" en octobre 2013 qui avait duré 16 jours. Selon la Fédération américaine des employés gouvernementaux (AFGE), plus de 850.000 personnes risquent le chômage technique et plus d'un million d'autres pourraient travailler sans être payées. Au total, plus de 3,5 millions d'employés civils et militaires seraient affectés, selon des chiffres officiels.

+ ADMINISTRATIONS: La plupart des agences fédérales verront leurs effectifs réduits. La quasi-totalité (95%) des employés des services fiscaux (IRS) seront mis en congés, ce qui retardera la collecte et remboursement de l'impôt sur le revenu. La fermeture retardera les autorisations de mise sur le marché de médicaments, les prêts publics aux petites et moyennes entreprises, l'assurance publique pour les acheteurs immobiliers... En 2013, le coût total des compensations pour les employés s'était élevé à 2,5 milliards de dollars.

+ DÉFENSE: Plus des trois-quarts des 721.000 employés civils du Pentagone, le plus gros employeur public, seraient mis en congés sans solde, selon le Washington Post. Les 1,4 million de militaires américains poursuivraient leurs opérations et la collecte de renseignement, même si les soldats pourraient être payés avec retard si le blocage se poursuivait en février. En 2013, les employés civils avaient été rappelés une semaine après le "shutdown" grâce à un financement d'urgence approuvé par le Congrès.

+ PARCS ET MUSÉES: L'administration Trump a élaboré des plans permettant de garder ouvert certains des plus de 400 parcs et musées nationaux en faisant appel à des sous-traitants. A Washington, les grands musées Smithsonian et le zoo ont assez de réserves pour rester ouverts jusqu'à dimanche soir. En 2013, l'Etat avait perdu 500 millions de dollars de revenus tirés du tourisme, selon la Maison Blanche.

+ VISAS, PASSEPORTS: le traitement des demandes de visas et de passeports serait ralenti et leur délivrance retardée.

+ RECHERCHE: les Instituts nationaux de santé (NIH), centres de recherche médicale, cesseraient d'accepter de nouveaux patients pour des traitements expérimentaux.

+ WASHINGTON: La capitale fédérale, financée directement par le Congrès, fermerait ses services de ramassage des ordures, de nettoyage des rues et ses bibliothèques. Les écoles et les transports publics continueraient de fonctionner.

+ EXEMPTIONS: La Maison Blanche, le Congrès, la justice, la police, le transport aérien, les services postaux, le ministère des anciens combattants et ses hôpitaux, ainsi que les services jugés essentiels à la sécurité et protection du pays seront globalement épargnés. L'enquête du procureur spécial Robert Mueller sur une éventuelle ingérence russe dans la campagne électorale de 2016 se poursuivra.

+ IMPACT ECONOMIQUE: Le "shutdown" n'aura pas de conséquences sur la note (AAA, la plus haute) des Etats-Unis, selon l'agence de notation Fitch et vendredi, les marchés ne semblaient pas inquiets. En 2013, la Maison Blanche avait estimé entre 2 et 6 milliards de dollars la perte de production provoquée par la fermeture.