International

Près de 61.000 Belges pourraient faire partie des 87 millions d'utilisateurs du réseau social Facebook dont les données ont été exploitées à leur insu par la firme Cambridge Analytica, a indiqué la porte-parole de Facebook pour le Benelux, Tineke Meijerman, à Belga mercredi soir.

Les données personnelles de 60.957 Belges auraient, probablement insiste la porte-parole, été récupérées via l'installation de l'application concernée par seulement huit personnes.

Le réseau social Facebook a revu mercredi à la hausse, à quelque 87 millions, le nombre d'utilisateurs dont les données ont été récupérées à leur insu par la firme Cambridge Analytica.

"Au total, nous pensons que les informations Facebook de jusqu'à 87 millions d'utilisateurs --la plupart aux Etats-Unis-- ont pu être partagées de façon indue avec Cambridge Analytica", a écrit le groupe, qui évoquait jusque-là environ 50 millions d'usagers affectés.

Le réseau aux plus de deux milliards d'utilisateurs est empêtré dans ce scandale depuis plus de deux semaines.

La firme Cambridge Analytica a récupéré, via un questionnaire psychologique auquel ont répondu 270.000 personnes, les données de 87 millions --selon le nouveau chiffre annoncé par Facebook-- de leurs amis, en 2014. Cela a permis à la société britannique de se constituer une précieuse base de données avant d'être embauchée par l'équipe de campagne de Donald Trump.


A l'époque, les applications autorisées par une personne avaient accès aux données de ses amis, ce qui explique le très grand nombre de personnes affectées au final. Cette option a été supprimée en 2014, mais le PDG Mark Zuckerberg a reconnu que le réseau social devait mieux contrôler lui-même l'usage des données par les applications tierces.

Depuis ces révélations, qui font l'objet d'enquêtes et de plaintes des deux côtés de l'Atlantique, le groupe est cloué au pilori et ne cesse de communiquer pour promettre davantage de transparence.

Mark Zuckerberg s'expliquera la semaine prochaine devant des parlementaires américains sur ce scandale ainsi que sur sa réponse tardive aux manipulations politiques russes.

Les données personnelles sont au coeur du modèle économique de Facebook et d'autres groupes technologiques comme Twitter ou Google car elles permettent de cibler au plus près des contenus publicitaires, d'ordre commerciaux ou politiques.

Sur les 87 millions d'utilisateurs victimes de la saisie non sollicitée de leurs données, Facebook recense plus d'un million et demi de Philippins ( 1.175.870 soit 1,4%), un million d'Indonésiens ( 1.096.666 soit 1,3%), un million de Britanniques (1.079.031 soit 1,2%). Des abonnés mexicains ( 789.880 soit 0,9%), Canadiens (622,161 soit 0,7%), Indiens (562.455 soit 0.6%), Brésiliens (443.117 soit 0,5%), Vietnamiens (427.446 soit 0,5%) et Australiens (311.127 soit 0,4%) font aussi partie des autres nationalités d'usagers principalement affectés. En Europe, 310.000 d'Allemands auraient aussi été touché par la brèche dans la protection des données privées, selon l'agence de presse dpa.