International

Le ministre-président destitué de Catalogne Carles Puigdemont nourrit l'intention de prêter serment le 18 février à Bruxelles. 

Une prestation de serment devrait ensuite suivre devant le parlement catalan le 21 ou 22 février, mais alors il faudrait trouver une alternative, indiquent mercredi les médias catalans. M. Puigdemont plaide donc pour deux gouvernements, l'un en exil et l'autre à Barcelone. Il propose l'installation d'un "Consell de la República" dirigé par lui-même et dont l'installation interviendrait le 18 février à l'occasion d'une réunion de fonctionnaires élus au cours d'une cérémonie organisée à Bruxelles.

M. Puigdemont envisage également une investiture à tenir quelques jours plus tard au parlement catalan à Barcelone. Et comme il est bien conscient que ce ne sera pas évident (il sera arrêté au moment où il posera le pied sur le sol espagnol, ndlr.), il propose de désigner un élu de son parti JxCat pour le remplacer. L'identité de ce "remplaçant" n'est pas communiquée.

Selon un document interne au parti d'extrême-gauche indépendantiste CUP que le quotidien La Vanguardia a pu examiner, il faudrait encore inscrire à l'agenda de la présidence du gouvernement régional une modification de la loi qui permettrait à Carles Puigdemont de prêter serment à distance.