International

Carles Puigdemont veut diriger de facto la Catalogne depuis la Belgique. Une situation qui risque d’affecter les relations entre Bruxelles et Madrid.

Le président destitué de la Catalogne, Carles Puigdemont, envisagerait d’établir deux gouvernements régionaux, l’un, de fait, à Bruxelles, l’autre, pour la forme, à Barcelone. Cela lui permettrait d’avoir le beurre et l’argent du beurre, à savoir sa liberté - l’indépendantiste risque toujours la prison en Espagne - et l’une des clés de la Generalitat. Le scénario s’ajoute à la liste d’idées inédites véhiculées par une majorité indépendantiste prise à son propre piège. A tel point que certains citoyens et médias catalans ironisent sur le surréalisme qui aurait envahi la Catalogne lorsque le tombeau du fantasque peintre Salvator Dali a été rouvert en juillet 2017.