International

L'ancien président argentin Carlos Menem a annoncé mercredi qu'il se retirait du second tour de l'élection présidentielle, qui doit se tenir dimanche. «Les conditions ne sont pas réunies pour participer à un second tour», a déclaré Carlos Menem en direct à la télévision, dans sa résidence de la province de La Rioja, dont il est originaire. Menem, âgé de 72 ans, rate ainsi son retour sur le devant de la scène politique, qu'il avait occupé à la fin des années 80 et au début des années 90. Charismatique, toujours hâbleur et sûr de lui, Menem s'était présenté devant les électeurs comme l'homme qui avait consolidé les bases de la démocratie à la fin des années 80 et dans les années 90, après un demi-siècle de remous politiques et de coups de force.

Les six sondages publiés mercredi dans la presse accordaient entre 63pc et 78,9pc des voix à M.Kirchner. Au mieux, M.Menem était crédité de 28,9pc des suffrages. Suite au désistement de M.Menem et de son colistier Juan Carlos Romero, Nestor Kirchner, gouverneur péroniste de la province de Santa Cruz, accédera automatiquement à la présidence, selon l'article 155 du code électoral argentin. Le texte précise que, «en cas de désistement des deux candidats de l'une des deux formules ayant reçu le plus de voix au premier tour, sera proclamée élue l'autre formule». L'abandon de M.Menem constitue une situation inédite dans la mesure où l'ancien président, qui postulait à un troisième mandat, avait gagné le premier tour le 27 avril, avec 24,45pc des suffrages exprimés, contre 22,24pc pour M.Kirchner.

© La Libre Belgique 2003