Carlton: Dodo la Saumure est un "cas"

J.-C.M. Publié le - Mis à jour le

International

De chaque côté de la frontière franco-belge, autrement dit tout autour de Lille et dans les environs de Tournai, on connaît depuis des années Dominique Alderweireld, alias Dodo la Saumure (la saumure est un bain salé qui sert à la conservation de poissons comme le maquereau), Français haut en couleurs, au nom de joueur de football belge et à l’âge de 62 ans.

Ce propriétaire de nombreuses maisons closes installées en Belgique (à Tournai, Péruwelz, Renaix, Kuurne, Mons, Orcq ou Couvin) en a même ouvert une en face d’un commissariat de police et d’une école (l’institut Bea, sis 36 drève de Maire, à Tournai).

Il est désormais soupçonné d’être au coeur d’un réseau de proxénétisme qui tourne, comme on le sait, autour d’un palace lillois, le Carlton, et pourrait impliquer des notables du nord de la France et même Dominique Strauss-Kahn, qu’on ne présente plus. La spécialité de "Dodo la Saumure" ? L’organisation de soirées avec livraison de "colis", autrement dit de prostituées.

Alderwereild a été arrêté le 1er octobre, au retour d’Espagne, en même temps que sa compagne Béatrice Legrain et de deux complices français.

L’homme est dans le collimateur de la justice depuis des décennies mais ce diplômé en droit, père de deux grandes filles, a jusqu’à présent toujours réussi à échapper à ses foudres. D’aucuns affirment que son travail d’indic de la police française l’a beaucoup servi.

En novembre 2010, Dominique Alderweireld avait fait parler de lui en ouvrant un restaurant "fumeurs admis", le Smoke Havanas, à Tournai. La presse s’était ruée à l’inauguration, au cours de laquelle elle eut droit à un numéro torride de pole dancing offert par une des nombreuses amies de l’intéressé.

En 2007, la juge d’instruction Christine Dierick a placé brièvement "Dodo la Saumure" sous mandat d’arrêt pour proxénétisme aggravé et abus de la situation administrative illégale et précaire de jeunes femmes étrangères. Le parquet le soupçonne d’avoir fait venir des filles de l’étranger pour les exploiter. Dès le 1er décembre, il comparaîtra devant le tribunal de Tournai dans le cadre de ce dossier.

En attendant, la chambre des mises en accusations de Gand a confirmé le "nouveau" mandat d’arrêt de M. Alderwereild, qui est écroué à la prison d’Ypres. Il nie farouchement avoir quoi que ce soit à voir avec l’affaire du Carlton.

Publicité clickBoxBanner