International

Après avoir secouru un enfant, il s'écroule face à l'horreur.

Habitué à la violence dans son pays, le photographe Abd Alkader Habak a craqué ce samedi. Au moins 126 personnes ont perdu la vie dans une attaque à la camionnette piégée lors d'une évacuation. Un véritable carnage. Parmi les victimes : 68 enfants. Il s'agit d'un des pires attentats en Syrie. Après avoir porté secours à un gamin, l'homme s'est effondré. Le corps d'un enfant gît à côté de lui. Derrière, c'est le chaos.


La photo est vite devenue virale et le photographe syrien est pris d'assaut par les médias qui cherchent à l'interviewer. "Les mots ne peuvent pas décrire ce qu'il s'est passé. J'étais à côté d'un bus transportant de la nourriture aux enfants, quand soudain à quelques mètres, une énorme explosion a retenti", raconte Abd Alkader Habak à Chanel 4 News. Il a été projeté en arrière, mais a continué à filmer. Puis, il voit un petit garçon mal en point. Il n'hésite pas une seconde, lâche son appareil et lui porte secours. "Je l'ai regardé et j'ai vu qu'il respirait encore. Je l'ai pris dans mes bras et je me suis mis à courir vers les ambulances. Je ne sais pas s'il s'en est sorti, mais j'ai fait ce que j'ai pu. Je sais juste qu'il a été transporté vers un hôpital".



Les messages de soutien envers le photographe affluent sur Twitter. Abd Alkader Habak a répondu :"L'humanité dont j'ai fait preuve aujourd'hui avec mes collègues devrait inspirer ceux qui ont tué les enfants de Khan Sheikhan"