International

Le nombre d'euthanasies pratiquées aux Pays-Bas, premier pays au monde à avoir autorisé cette interruption de vie volontaire médicalisée en avril 2002, est en forte baisse sur quatre ans, selon un rapport remis jeudi au ministère de la Santé néerlandais.

En 2005, il y a eu 2 325 cas d'euthanasie et 100 cas d'assistance médicale à un patient souhaitant mourir. En 2001, alors que la pratique n'était pas encore légale, le nombre d'euthanasies était encore d'environ 3 500 et le nombre d'assistances médicales était de 300, selon les auteurs de ce rapport. Le nombre de demandes d'euthanasie est passé de 9 700 en 2001 à 8 400 en 2005, ajoutent les auteurs.

En parallèle, le nombre de morts après sédatifs palliatifs est passé de 8 500 à 9 600 sur cette période. "L'augmentation des soins sédatifs palliatifs explique probablement en partie la baisse du nombre de cas d'euthanasie et d'aide au suicide", a commenté le ministère dans un communiqué. "Une majorité des médecins semble voir une relation claire entre l'amélioration des soins palliatifs et la baisse des traitements d'interruption de la vie", soutiennent d'ailleurs les auteurs du rapport.

Les Pays-Bas ont été le premier pays au monde à légaliser l'euthanasie en avril 2002, sous des conditions très strictes appelées "critères de minutie". Elle consiste médicalement en l'administration létale d'un mélange de barbituriques, de somnifères et éventuellement d'un produit détendant les muscles, qui doit conduire à la mort du patient en quelques minutes. L'euthanasie n'est autorisée que lorsque le patient est atteint de souffrances médicalement diagnostiquées incurables et insupportables et s'il a fait une demande d'euthanasie lorsqu'il était en pleine possession de ses moyens mentaux. Le médecin qui en prend la décision doit demander l'avis d'au moins un de ses collègues.

Chaque cas doit être signalé à une commission de vérification des critères, composée d'un médecin, d'un juriste et d'un spécialiste des questions éthiques.

Cas isolés en Europe

L'euthanasie ou le suicide assisté sont illégaux dans la plupart des pays d'Europe. L'interdit reste total en Italie ou en Grande-Bretagne où le suicide est autorisé, mais l'assistance réprimée.

Une pétition pour obtenir la légalisation du suicide assisté avait été signée par 50 000 personnes en 2002 à l'initiative de Brian Pretty. Sa femme Diane, lourdement handicapée, s'était vue refuser en mars 2002 par la Cour européenne des droits de l'homme le droit de se faire assister par son mari pour mettre fin à ses jours. Cette décision confirmait celle rendue plus tôt par la justice britannique.

Malgré la légalisation de l'euthanasie, elle reste marginale dans des pays comme les Pays-Bas ou la Belgique, selon une enquête sur la fin de vie, rendue publique fin janvier 2007 par l'Institut national d'études démographiques (Ined), en France. Cela concerne 3 pc des décès aux Pays-Bas et 200 personnes en Belgique en 2003.

(D'après AFP et AP)