International Anciens ministres, députés, ex-candidats à la présidentielle... Nombreux sont ceux à avoir déserté le navire politique depuis un an.


Nathalie Kosciusko-Morizet

Agée de 44 ans, Nathalie Kosciusko-Morizet est ingénieure de formation, comme le rappelle Le Parisien. L'ancienne ministre de l'écologie est également la soeur d'un surdoué du numérique. Son frère Pierre est en effet le cofondateur de Priceminister. Elle a annoncé se lancer chez CapGemini et dans la cybersécurité.

© Alexis Haulot

Nicolas Sarkozy

Ancien président de la République, il s'était lancé dans une carrière d'orateur. Ses conférences très onéreuses avaient fait jaser. Après avoir cependant raté son retour à la tête de la droite et du centre, Nicolas Sarkozy a officialisé sa reconversion dans l'hôtellerie en intégrant le conseil d'administration d'AccordHotels, leader européen dans son secteur et propriétaire de plusieurs salles de spectacles.

© Reporters

François Fillon

L'ancien meneur de droite avait échoué à la présidentielle après des suspicions de fraudes et de détournement d'argent. Il a toutefois retrouvé une place dans la finance. C'est la société de gestion d'actifs et d'investissement Tikehau Capital qui l'a recueilli.

© AFP

Jean-Pierre Raffarin

L'ex sénateur LR avait annoncé la création de "Leaders pour la paix", une ONG pour "alerter contre les risques de guerre qui nous menacent", tout en ne lâchant pas les débats.

© AFP

Bernard Cazeneuve

L'ex-Premier ministre est retourné à ses premières amours : le droit. Il a rejoint le cabinet d'avocats parisien August Debouzy en tant qu'associé.

© AFP

Arnaud Montebourg

Battu à la primaire de la gauche, l'ancien ministre socialiste a créé sa propre société de production et d'exploitation de miel. Il a également repris des études et a investi dans plusieurs start-up.

© Reporters

Najat Vallaud-Belkacem

La jeune ministre était pressentie pour reprendre la tête du Parti Socialiste. L'ancienne ministre de l'Education s'est reconvertie dans les éditions Fayard. Elle occupe le poste de directrice éditoriale pour la collection d'essais sur le progressisme.

© afp

Marion Maréchal-Le Pen

Après son annonce de quitter la politique, la frontiste s'est fait très discrète. Selon des sources proches, elle aurait repris une formation d'anglais et de comptabilité. Elle avait également passé des entretiens d'embauche. Mais refusant toute interview, il est difficile de connaître avec certitude son nouveau poste. Interrogée par Valeurs Actuelles, elle est "actuellement associée à la création et au développement d'une école dont l'initiative revient au futur PDG".

© afp