International Une petite phrase attribuée au commissaire européen au Budget, l'Allemand Günther Oettinger, assurant que les marchés financiers allaient "enseigner aux Italiens comment voter", a soulevé mardi l'indignation générale dans la péninsule.

"C'est fou, à Bruxelles ils ne connaissent pas la honte. (M. Oettinger) déclare les marchés enseigneront aux Italiens à bien voter . Si ce n'est pas une menace ça! Moi je n'ai pas peur", a immédiatement tweeté Matteo Salvini, chef de la Ligue (extrême droite). 

 

"Il devrait démissionner cet après-midi", a-t-il ensuite ajouté dans une vidéo sur Facebook.

Le tweet en question, envoyé par un journaliste et partagé par M. Oettinger, résumait des phrases plus compliquées du commissaire allemand, qui ont touché un pays qui a les nerfs à fleur de peau et déjà en campagne électorale.

Après la décision du président Sergio Mattarella de refuser un gouvernement eurosceptique, la Bourse de Milan était encore en baisse mardi et le spread -- l'écart entre les taux d'emprunt italien et allemand à dix ans --, a dépassé mardi matin la barre des 300 points.

"L'évolution des emprunts d'Etat, de la valeur boursière des banques, de l'économie de l'Italie est déjà obscurcie de manière négative (...). On peut donc espérer que cela joue un rôle durant la campagne électorale comme un signal pour ne pas faire entrer des populistes de droite ou de gauche au gouvernement", a déclaré M. Oettinger dans une interview à la Deutsche Welle.

Même le Parti démocrate (PD, centre gauche), le plus europhile en Italie, est monté au créneau.

"Personne ne peut dire aux Italiens comment voter, les marchés moins que tous les autres. Il faut respecter l'Italie", a tweeté son secrétaire général par intérim Maurizio Martina.

Le ministre sortant du Développement économique, Carlo Calenda, membre du PD, a demandé "des excuses ou la démission" du commissaire.

Même la Commission européenne a pris ses distances. Son porte-parole Margaritis Schinas a évoqué des "remarques imprudentes": "Ce sont les Italiens et seulement les Italiens qui décideront de l'avenir de leur pays. Personne d'autre".

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, est lui aussi intervenu: "Mon appel à toutes les institutions de l'UE: respectez les électeurs. Nous sommes là pour les servir, pas pour leur donner des leçons".



"Ce ne sont pas les marchés qui décident du destin de la République", a déclaré le président du Parlement européen, l'Italien Antonio Tajani. "Je demande à tous de respecter la volonté des Italiens. J'ai toute confiance en eux".