International

Un envoyé spécial de l'Union européenne dans les Balkans occidentaux pourrait contribuer à la stabilisation de la région, a estimé jeudi le Premier ministre Charles Michel lors d'un débat au Parlement européen. "De retour d'une mission en Albanie et en Serbie, j'ai acquis la conviction que l'Europe ne peut pas se contenter d'être un simple facilitateur", a déclaré le chef du gouvernement fédéral devant les eurodéputés réunis à Bruxelles.

D'après lui, l'UE devrait au contraire dépêcher un envoyé spécial dans les Balkans pour "contribuer à forger une perspective de stabilité" dans la région.

Cet envoyé devrait être doté d'une "légitimité politique", a ajouté M. Michel, d'après qui d'anciens chefs d'État ou de gouvernement pourraient avoir la crédibilité nécessaire pour jouer un tel rôle. "Il faut éviter que l'on soit à un moment donné confronté à une escalade", a-t-il conclu.

Sa proposition a été accueillie favorablement par le président du Parlement européen, Antonio Tajani.

La perspective d'un élargissement de l'Union européenne aux pays des Balkans occidentaux est depuis quelques mois de retour en bonne place à l'agenda politique des Européens. Un sommet informel consacré à cette thématique se tiendra d'ailleurs le 17 mai prochain à Sofia, la capitale bulgare.