International

Le dirigeant déchu chinois Bo Xilai a affirmé jeudi à son procès pour corruption "tout ignorer" d'une luxueuse villa de Cannes qu'il aurait reçue en pot-de-vin selon le procureur.

"Je ne suis absolument pas au courant (de cette propriété) et il s'agit d'une affaire montée de toutes pièces", a affirmé M. Bo en réponse à une question sur cette résidence. Cette déclaration a été rendue publique par le tribunal dans un microblog.

Le procureur a affirmé au contraire disposer de "beaucoup de preuves" montrant que Bo Xilai et son épouse ont reçu en pot-de-vin cette maison, le donataire étant Xu Ming, un homme d'affaires de Dalian (nord-est de la Chine) accusé de corruption et détenu depuis plus d'un an.

Ce dernier a été entendu jeudi plus d'une heure devant la cour et confronté à l'accusé.

A l'adresse à Cannes de la villa en question avait été domiciliée une société à responsabilité limitée, "Résidences Fontaine Saint Georges", créée en 2001, selon des documents d'enregistrement légal consultés par l'AFP.

Ces documents montrent que trois personnes se sont succédé au cours des années 2000 pour assurer la gérance de "Résidences Fontaine Saint Georges", et donc de la villa cannoise.

Il s'agit de trois anciens proches de la famille Bo Xilai, dont Neil Heywood, un Britannique qui s'est finalement brouillé avec le couple. L'homme a fini assassiné en novembre 2011 par Gu Kailai, la femme de Bo Xilai.