Chine : Gu Kailai avoue son crime

Arnaud Vaulerin ©Libération Publié le - Mis à jour le

International

La justice chinoise a jugé jeudi en quelques heures Gu Kailai, l’épouse de l’ex-dirigeant chinois Bo Xilai. Celle-ci "n’a pas contesté" l’accusation à son encontre de l’homicide volontaire de l’homme d’affaires britannique, Neil Heywood, selon un porte-parole du tribunal de Hefei (est) où a eu lieu l’audience.

Elle aurait même avoué son crime, selon l’agence officielle Chine nouvelle qui a publié au lendemain du procès sa dépêche la plus détaillée sur l’affaire. "Cette affaire a causé des dommages importants au Parti et au pays, au sujet desquels je me dois d’endosser la responsabilité, a déclaré l’accusée. Je déclare solennellement à la Cour qu’au nom de la dignité du droit, j’accepterai et j’affronterai avec sérénité toute peine, au sujet de laquelle j’espère une décision juste et équitable" , a aussi dit Gu Kailai, selon Chine nouvelle.

Retour, sous forme de questions/réponses, sur un procès hors norme.

1. Comment s’est déroulé le procès ? L’entrée dans la salle d’audience était limitée et interdite à la presse. Seuls deux diplomates britanniques ont pu assister au procès en raison de la nationalité de la victime. Selon Reuters, deux partisans de Bo Xilai qui manifestaient aux abords du tribunal ont été arrêtés par la police. Dans le même temps, la censure était renforcée sur Internet.

2. Qui est Gu Kailai ? Jugée en même temps que Zhang Xiaojin, l’assistant de la famille Bo, Gu Kailai est une avocate réputée et âgée de 53 ans. Mariée à Bo Xilai, étoile montante du PC chinois tombé en disgrâce pour corruption, elle est issue de l’aristocratie rouge, de ces familles qui tiennent leurs privilèges de leurs ancêtres ayant participé à la révolution de 1949.

3. Que lui reproche Pékin ? Elle est accusée d’homicide volontaire sur la personne de Neil Heywood. Jadis ami des Bo, l’homme d’affaires aurait menacé de révéler l’ampleur des sommes détournées par le couple. D’après le compte rendu du procureur cité hier, Gu Kailai a rendu visite à Neil Heywood le 13 novembre dernier dans un hôtel de Chongqing (sud), la ville dont Bo Xilai était le dirigeant. Après lui avoir fait boire du thé et du vin, la Chinoise a elle-même versé un poison mortel dans la bouche du Britannique. "Les faits sont clairs et soutenu par de nombreuses preuves" , a ajouté le tribunal. Mis en délibéré, le verdict sera rendu à une date ultérieure. Gu Kailai risque la peine de mort. L’agence de presse Chine nouvelle a indiqué hier que quatre policiers accusés d’avoir aidé Gu Kailai seront bientôt jugés. Ceux-ci ont reconnu vendredi avoir "rédigé un faux rapport et dissimulé des éléments de preuve sur place" et "décidé de ne pas pratiquer d’autopsie et de simplement incinérer le cadavre" , a indiqué Tang Yigan, un officiel du tribunal.

4. Pourquoi s’agit-il d’un procès important ? C’est évidemment plus qu’un simple procès criminel. Il révèle l’ampleur d’une corruption et d’un enrichissement généralisé au sein de la nomenklatura communiste. Les procureurs se sont bien gardés de poursuivre la princesse rouge pour ce motif. En juin, l’agence Bloomberg révélait que les investissements de la famille de Xi Jinping, l’actuel vice-président et très probable futur numéro 1, s’élevaient à quelque 297 millions d’euros. Ce procès intervient au pire moment pour le pouvoir. Cet automne, le 18 e congrès du PC doit valider le retrait du Président Hu Jintao et du Premier ministre Wen Jiabao au profit d’une nouvelle génération qu’incarnait Bo Xilai avant sa disgrâce.

Publicité clickBoxBanner