International

Le Groenland va renouveler mardi son parlement local, où l'indépendance de ce territoire danois, la pêche et le développement des infrastructures ont été au coeur de la campagne. Voici cinq choses à savoir sur la deuxième plus grande île au monde après l'Australie.

"Terre verte" pleine de glace

Le Groenland -"terre verte" en danois- n'a de végétal que le nom puisque l'île de deux millions de km2 (près de 4 fois la superficie de la France), bordée au trois-quart par les eaux de l'océan Arctique, est recouverte à 85% de glace.

Le Groenland était une colonie danoise jusqu'en 1953, date à laquelle il est entré dans la "Communauté du Royaume" danois. En 1979, l'île accède au statut de "territoire autonome" dont l'économie dépend toujours fortement des subsides versés par Copenhague.

Ses 55.000 habitants --dont plus de 17.000 dans la capitale Nuuk-- sont à plus de 90% Inuits venus d'Asie centrale.

L'inlandsis au coeur du réchauffement climatique

Ce territoire immense se trouve sur la ligne de front de la fonte des glaces arctiques, région qui se réchauffe deux fois plus vite que le reste de la planète.

Selon l'Organisation météorologique mondiale, le niveau des océans continue à monter d'environ 3,3 mm par an, et le phénomène semble s'accélérer: le niveau des mers a crû de 25 à 30% plus vite entre 2004 et 2015, par rapport à 1993-2004.

La fonte de la calotte glaciaire du Groenland (l'inlandsis) est à l'origine de 25% de cette hausse, contre 5% il y a 20 ans, et risque de s'intensifier à mesure que glaciers et calottes glaciaires fondent.

Si elle devait disparaître totalement, le territoire contiendrait assez de glace pour faire augmenter le niveau des océans de sept mètres.

Sols

Il y a pourtant quelque profit à tirer des affres du climat, si l'on regarde de plus près.

La fonte des glaciers laisse par exemple échapper une sorte de farine rocheuse, riche en minéraux susceptibles de servir d'engrais pour les sols épuisés ou arides, en Afrique ou en Amérique du Sud par exemple. Cependant, cette substance exaspère les Groenlandais car elle obstrue les fjords.

Les chercheurs ont pu aussi découvrir des micro-organismes protégeant les pommes de terre de champignons. Reste à essayer de reproduire ces micro-organismes.

Le sous-sol groenlandais recelerait lui de gisements exploitables de rubis et d'uranium suscitant les convoitises étrangères.

© afp

Peu de routes, pas de rail

L'île dispose seulement de quelque 150 kilomètres de route et compte à peine 2.500 voitures, principalement dans la capitale. La plupart des voyages se font donc en bateau, en avion ou... en chiens de traîneau! Et pas question d'utiliser le train: l'île ne dipsose pas de réseau ferré, ni même de cours d'eau pour espérer atteindre l'autre bout du territoire alors que plus de 2.000 kilomètres séparent le port de Qaqortoq au sud de Qaanaaq au nord.

Des requins vieux de 400 ans

Les requins du Groenland sont les vertébrés ayant l'espérance de vie la plus importante et peuvent atteindre l'âge de 400 ans, avec une durée de vie moyenne de 272 ans.

Une longévité supérieure à celle des tortues des Galapagos ou des baleines du Groenland.

Une seule espèce animale au monde est connue pour avoir une longévité plus importante, un coquillage, la praire d'Islande (507 ans), selon le magazine Science.

Les deux plus grands requins étudiés, longs de 5 mètres environ, étaient âgés d'environ 335 ans et 392 ans respectivement.