International L’enquête détaillée du procureur Mueller mène jusqu’au GRU à Moscou. Le 19 mars 2016, le président de la campagne électorale d’Hillary Clinton aux Etats-Unis recevait un email de Google lui enjoignant de changer son mot de passe pour des raisons de sécurité. John Podesta cliqua sur le lien et modifia son mot de passe, ignorant tomber dans un piège du GRU, le service de renseignement extérieur des forces armées russes.

Ceux-ci utilisaient une variante du hameçonnage qui consiste à pirater l’ordinateur d’un individu et d’en prendre le contrôle. Deux jours plus tard, le 21 mars, l’ensemble de son courrier - près de 50 000 emails - fut subtilisé, faisant le bonheur des agents du GRU à Moscou. Ils appartenaient à des unités hyperspécialisées du service, numérotées "26165" et "74455", chargées des opérations cyber.

(...)