International Jusqu’à la dernière minute ce printemps, les responsables politiques turcs le répétaient comme un mantra : malgré les nombreuses rumeurs, hors de question d’anticiper les scrutins prévus, selon le calendrier électoral, à l’automne 2019. Le 18 avril pourtant, Recep Tayyip Erdogan annonçait la tenue d’une double élection - législatives et présidentielle - le 24 juin, en raison de "l’accélération des développements en Syrie" et de "décisions économiques importantes" qui devront être prises dans les prochains mois.

(...)