International Le départ du juge Kennedy va y mettre les progressistes en minorité. Et pour longtemps.

La décision a fait l’effet d’une bombe outre-Atlantique. En annonçant mercredi son intention de partir à la retraite le 31 juillet, le juge Anthony Kennedy, 81 ans, a matérialisé en un instant la pire crainte du Parti démocrate et des progressistes aux Etats-Unis : voir la Cour suprême basculer solidement dans le camp conservateur, et pour longtemps, puisqu’il appartiendra à Donald Trump de désigner le successeur, puis au Sénat, actuellement contrôlé par les Républicains, d’entériner ce choix.