International Pour la députée écologiste Caroline Lucas, "si les accusations sont vraies, cela montre que quelque chose est pourri au cœur de notre démocratie". Les premières menaces d’un emballement judiciaire de cette affaire ont été émises par un partisan du Brexit, le député travailliste Franck Field, qui espère bien qu’en cas de comportement illégal, les coupables subiront "le poids de la loi".
Le cabinet d’avocats qui conseille Christopher Wylie a, de son côté, fait savoir qu’il "existe de fortes suspicions que les campagnes ont été fortement liées et coordonnées, ce qui voudrait dire que les sommes dépensées par Vote Leave soient illégales et que sa déclaration de dépenses soit incorrecte". Il estime également possible la poursuite en justice de l’un des anciens employés de Cambridge Analytica devenu le conseiller spécial de la Première ministre Theresa May. Celui-ci aurait modifié l’accès à un disque dur, qui prouverait le lien entre les différentes entités, "alors que la commission électorale enquêtait sur Vote Leave".
(...)