International Un hacker s'est amusé à pirater une machine à voter, lors de la Defcon, à Las Vegas.

La Defcon, c'est la plus importante conférence dédiée aux hackeurs au monde. Elle se tenait ce week-end à Las Vegas. Cette année, comme l'année dernière, un "voting village" s'y tenait, permettant aux visiteurs d'utiliser d'anciennes machines à voter américaines.

Certains se sont juste contenter de déceler des bugs et des failles, pendant que d'autres ont choisi de les pirater.

Après plusieurs heures, un pirate a d'ailleurs réussi a transformer la machine en jukebox, révèle CNN. Mais ce que la conférence voulait avant tout démontrer, c'est la facilité avec laquelle il était possible de manipuler ces machines, à des fins électorales. L'une des manipulations les plus préoccupantes reste le piratage d'une machine à voter, en moins de deux minutes, afin de s'autoriser un accès administrateur.


"Lors de la conférence @defcon sur le piratage informatique, je viens de réaliser à quel point il est facile d'obtenir un accès administrateur sur une machine à voter, utilisée dans 18 Etats américains. Cela ne nécessite aucun outil et cela prend moins de 2 minutes. Je suis inquiète quand je pense aux prochaines élections", écrit Rachel Tobiac, CEO de Social Proof Security, en marge d'une vidéo filmée lors de la conférence.

L'an dernier, un Danois était déjà parvenu à pirater une machine similaire à 300 mètres de distance. 

La Nass, l'Association Nationale des Secrétaires d'Etat, a souhaité réagir à la polémique, via communiqué: "Notre principal souci avec l'approche de Defcon est d'utiliser un pseudo-environnement qui ne reproduit aucunement le fonctionnement des systèmes électoraux [...] Fournir aux participants de la conférence un accès physique illimité à des machines de vote, dont la plupart ne sont plus utilisées, ne reproduit pas les conditions de sécurité physique et informatique mises en oeuvre par les autorités des différents Etats et localités en marge du scrutin."