International

Le régime syrien s'est déclaré mercredi favorable à une réunion avec l'opposition à Sotchi en Russie, proposée par Moscou et approuvée par l'Iran et la Turquie, pour tenter de trouver une solution à la guerre en Syrie.

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé, à l'occasion d'un sommet à Sotchi avec ses homologues turc Recep Tayyip Erdogan et iranien Hassan Rohani, que ces derniers avaient soutenu son initiative d'un "Congrès du Dialogue national syrien" visant à réunir régime et opposition.

La Russie est un allié du régime syrien de Bachar al-Assad et l'a aidé militairement à vaincre rebelles et djihadistes sur plusieurs fronts. M. Assad s'est rendu lundi à Sotchi pour voir M. Poutine, lors d'une rare visite à l'étranger depuis le début du conflit dans son pays en 2011.

"Le gouvernement accueille favorablement" les conclusions du sommet de Sotchi, a indiqué le ministère des Affaires étrangères syrien, cité par l'agence Sana. "La Syrie soutient toute action politique qui respecte sa souveraineté et son intégrité territoriale et contribue à mettre un terme à l'effusion du sang syrien".

A ce jour, toutes les initiatives de paix en Syrie ont échoué, avec comme principale pierre d'achoppement le sort réservé à M. Assad, dont le départ est réclamé par les opposants.

Aucune date n'a été fixée pour ce "Congrès" dans lequel M. Poutine voit une "vraie chance" de régler le conflit malgré les doutes qui continuent d'entourer son initiative.

Le président russe estime également que ce "Congrès" serait un "stimulant" pour le processus de Genève où un nouveau round de pourparlers doit s'ouvrir le 28 novembre sous l'égide de l'ONU entre régime et opposition.