International

Les experts néerlandais et internationaux qui enquêtent sur le crash du MH17 de la Malaysia Airlines en juillet dans l'est de l'Ukraine ont lancé lundi un appel à témoins concernant le lancement et le transport d'un missile sol-air BUK.

"Les enquêteurs envisagent tous les scénarios. L'un de ces scénarios est que l'avion a été abattu (par un missile) le 17 juillet à 16h20" déclare un communiqué du bureau du procureur néerlandais.

"Dans le cadre de ce scénario, les enquêteurs cherchent des témoins susceptibles d'apporter des informations sur le transport et le lancement d'un missile BUK dans la zone du drame quelques jours avant et quelques jours après le crash" précise le communiqué.

Les missiles BUK constituent un système antiaérien mobile russe et soviétique de moyenne portée.

Les 298 personnes qui se trouvaient à bord de l'avion de la Malaysia Airlines - et dont la majorité était des Néerlandais - ont trouvé la mort lorsque l'appareil s'est écrasé en Ukraine l'année dernière.

Les Pays-Bas ont été chargés de conduire l'enquête pour mettre au jour les causes du drame et identifier les corps des passagers.

Les autorités néerlandaises sont également en charge de l'enquête criminelle sur le crash, intervenu au plus fort de la guerre opposant les forces ukrainiennes aux séparatistes pro-russes.

Kiev, comme les pays occidentaux, estime que le Boeing 777 de la Malaysia Airlines a été abattu par les séparatistes à l'aide d'un missile BUK sol-air fourni par la Russie. Moscou rejette cette accusation et fait porter la responsabilité sur Kiev, qui dispose également de missiles sol-air.

Le procureur néerlandais a souligné que l'appel à témoins ne signifiait pas qu'il existait des preuves irréfutables quant à l'origine du crash.

"Il est trop tôt pour tirer des conclusions" a-t-il ajouté.

L'appel à témoins a été largement relayé dans les réseaux sociaux et les médias, accompagné d'une video en russe avec des sous-titres en anglais, montrant un camion semi-remorque transportant des missiles BUK présumés se déplaçant dans plusieurs localités voisines de l'endroit où le MH17 a été abattu.

Toujours dans la video, on peut entendre des enregistrements de communications téléphoniques, attribuées aux séparatistes, dans lesquelles il est question d'un système BUK.

"Nous voulons savoir quel parcours exact ce camion a suivi" souligne en russe une voix off dans la video, demandant à toute personne qui aurait vu le camion d'en informer les enquêteurs.

Au début du mois des parents des victimes du crash ont examiné des parties de la carcasse de l'avion, reconstitué aux Pays-Bas dans le cadre de l'enquête.

Deux des 298 victimes n'ont toujours pas été identifiées.