International

Six militants tatars soupçonnés de "terrorisme" ont été placés en détention jeudi en Crimée, péninsule ukrainienne annexée par la Russie, a indiqué à l'AFP leur avocat Edem Smedliaïev.

Un tribunal de Simféropol, la capitale de Crimée, "a ordonné de placer en détention pour deux mois" le propriétaire d'un restaurant populaire, Marlen Assanov, et cinq autres personnes, inculpés pour "avoir créé ou participé à une organisation terroriste", a-t-il précisé.

Ils représentent tous des Tatars de Crimée, une minorité musulmane majoritairement opposée à l'annexion de la péninsule par la Russie, selon la même source.

M. Assanov, accusé d'avoir monté une "organisation terroriste", risque entre 15 et 20 ans de prison, alors que les cinq autres militants accusés d'y avoir participé pourraient écoper d'entre 5 et 10 de prison au cas où ils seraient reconnus coupables par la justice.

Selon Edem Smedliaïev, ils ont tous été interpellés mercredi à l'issue de perquisitions à leur domicile dans la ville de Bakhtchissaraï.

L'avocat a dénoncé une "cruauté inadéquate" des forces de l'ordre russes, affirmant que ses clients ont été emmenés jeudi dans la salle de tribunal "menottés et un sac sur la tête".

"Nous allons déposer une plainte", a-t-il souligné.

Pour sa part, l'antenne locale des services secrets russes (FSB) a annoncé mercredi avoir mis fin aux activités d'une cellule du groupe islamiste Hizb ut-Tahrir à Bakhtchissaraï et ouvrir une enquête "contre six de ses membres pour création et participation à une organisation terroriste".

Les Tatars de Crimée, une communauté musulmane majoritairement opposée à l'annexion en 2014 de la Crimée par la Russie, jugée illégale par Kiev et les Occidentaux, subissent une forte pression de la part des autorités russes.

La justice russe a ainsi interdit et qualifié d'"organisation terroriste" leur assemblée traditionnelle, le Medjlis, et plusieurs militants tatars ont été arrêtés pour "extrémisme".