International

Quelque 1.700 tentatives d'intrusion de migrants ont été décomptées sur le site du tunnel sous la Manche près de Calais dans la nuit de dimanche à lundi, au cours de laquelle un migrant a blessé un CRS au visage, a-t-on appris de source policière.

Parmi ces 1.700 tentatives, 1.000 ont été "repoussées" par les forces de l'ordre aux abords du site tandis que 700 ont été "interceptées" à l'intérieur même du site, a précisé cette source.

Les jours précédents, les chiffre des tentatives additionnaient ces deux éléments sans distinction.

Sur le site d'Eurotunnel à Coquelles, à l'ouest de Calais, la pose de grillages sur les quais "doit être achevée prochainement, sans doute mercredi", a fait savoir à l'AFP un porte-parole du groupe, précisant qu'une partie de l'installation a été prise en charge par "la Border Force" (police britannique des frontières, NDLR) et l'autre par Eurotunnel.

"Ces installations ont été commandées il y a une dizaine de jours et les travaux ont été faits en raison de l'actualité et de la pression migratoire", a-t-il ajouté.

De source proche du dossier, de nouvelles barrières commandées il y a une dizaine de jours, qui doivent elles être posées à l'extérieur du site, devraient être montées vers la fin du mois d'août.

Les tentatives d'intrusion se déroulent en majeure partie la nuit. A minuit, dans la nuit de dimanche à lundi, un correspondant de l'AFP a observé la présence d'une vingtaine de migrants cherchant à s'introduire sur le site ou patientant autour d'un feu de camp.

Le chiffre de 1.700 pourrait représenter les multiples tentatives des mêmes groupes de clandestins.

Ceux-ci étaient accompagnés de militants appartenant vraisemblablement au collectif No Border, selon le correspondant de l'AFP, qui a précisé que leurs voitures garées non loin étaient immatriculées en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas.

Un CRS a par ailleurs été blessé "au visage et à la tête" par un jet de ballast (pierres de support des rails), selon la source policière. Il a reçu des points de suture à l'hôpital et l'auteur du jet, un migrant soudanais, a été interpellé.

Le tunnel fait l'objet depuis des semaines de tentatives massives d'intrusion de migrants prêts à tout pour gagner la Grande-Bretagne.

Dans les nuits de vendredi à dimanche, le nombre des tentatives avait baissé à 300 et 400 respectivement, après avoir atteint plus d'un millier en milieu de semaine. Mais elles ont parfois viré au drame : dans la nuit de mardi à mercredi, un clandestin soudanais a trouvé la mort, portant à dix le nombre de décès sur le site depuis début juin.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait annoncé mercredi l'arrivée sur place de 120 policiers supplémentaires, en appui du contingent de 300 déjà déployés.

Ces renforts resteront sur place le temps nécessaire, selon une source proche du dossier.

Le ministre et son homologue britannique Theresa May ont affiché leur volonté de "mettre fin ensemble" au problème des migrants à Calais, dans une tribune commune publiée par le Journal du Dimanche, alors que l'exaspération monte dans la région.

Candidat aux prochaines élections régionales, l'ancien ministre Xavier Bertrand (Les Républicains) a même suggéré de "laisser partir" les clandestins en Grande-Bretagne dans les colonnes de l'hebdomadaire.