International

Le parlement congolais tiendra une session extraordinaire pour débattre notamment de la loi sur le statut des anciens chefs d'État en République démocratique du Congo (RDC), ont rapporté plusieurs médias locaux et internationaux, citant le président de l'Assemblée nationale, Aubin Minaku. Cette session extraordinaire sera organisée à la demande du président Joseph Kabila, a précisé M. Minaku vendredi, à la clôture de la session ordinaire qui s'était ouverte le 15 mars.

Il sera question de l'examen de plusieurs matières dont la loi sur le statut des anciens chefs d'État, la désignation d'un nouveau membre à la Cour constitutionnelle, la loi portant sur la taxe de la promotion de l'industrie ou la loi portant sur les défenseurs des droits humains.

M. Kabila pourrait également faire un discours sur l'État de la nation, selon le site d'information Actualité.cd.

Le second mandat du président congolais a expiré le 19 décembre 2016 et des élections, notamment présidentielle - à laquelle M. Kabila n'est plus autorisé à se représenter -, sont prévues le 23 décembre prochain en RDC. Mais le chef de l'Etat n'a encore donné aucune indication sur ses intentions.

Une proposition sur le statut des anciens présidents a été déposée en 2015 par le sénateur Modeste Mutinga mais elle n'a jamais été débattue en profondeur.

Ce texte, entre-temps amendé, sera examiné en urgence lors de la prochaine session extraordinaire parlementaire, dont la date n'a pas été annoncée, a précisé Radio France Internationale (RFI).

La Constitution congolaise de 2006 prévoit déjà des garanties pour les ex-présidents, comme un siège de sénateur à vie.