International

Un soldat nord-coréen blessé par balles en faisant défection au Sud est infesté par les parasites intestinaux, ce qui pourrait compliquer ses chances de survie, a annoncé jeudi son médecin traitant.

Les parasites intestinaux sont très répandus en Corée du Nord, comme dans de nombreux pays en développement. Les habitants mangent fréquemment des légumes crus qui ont été fertilisés avec de l'engrais humain, selon les spécialistes.

Les vers étaient également fréquents en Corée du Sud jusque dans les années 1980, avant le boom économique et la généralisation des engrais industriels. "La Corée du Nord est un pays très pauvre et comme tous les pays pauvres, ils font face à de sérieux problèmes de santé", a expliqué à la BBC Andrei Lankov prof à l'université de Séoul. 

Le militaire a traversé la frontière en courant lundi sous les rafales des soldats nord-coréens, dans le secteur du village de Panmunjom, où fut signé le cessez-le-feu de la guerre de Corée (1950-53).

Après avoir été héliporté dans un hôpital sud-coréen, il a subi deux opérations chirurgicales.

"Les signes vitaux, dont le pouls, redeviennent stables", a déclaré à la presse le Dr Lee Cook-Jong.

Mais l'état du blessé pourrait se détériorer à tout moment. "Nous le surveillons de près pour éviter les complications", en raison notamment d'un "nombre énorme de parasites intestinaux", dont des vers ascaris, dans l'intestin grêle.

"Je n'ai jamais rien vu de tel en 20 ans de carrière", a-t-il dit, expliquant que le ver le plus long mesurait 27 centimètres.

Initialement, les médecins avaient estimé qu'il avait été touché à six reprises mais certaines blessures se sont révélées être des orifices de sortie.

Il est rare que les militaires nord-coréens passent au Sud par Panmunjom, une attraction touristique majeure pour les étrangers visitant la Corée du Sud, où la démarcation n'est matérialisée que par un séparateur de béton.